vie

  • MORT, OÙ EST TA VICTOIRE ?

     

    Pâques, une espérance pour tous (extrait de texte).

    Par Enzo Bianchi.

     

    14-04-Paques-blog.jpg

     

    (...) Ô mort, où est ta victoire ? Ô mort, tu n'es plus

    le dernier mot pour les hommes, mais tu es devenue un passage, l'heure de

    l'exode de la vie terrestre à la vie éternelle, de ce monde au

    règne de Dieu... Voilà ce qui devrait être le chant du

    chrétien en ce jour de Pâques, la fête des fêtes.

    Parce que Christ est ressuscité, prémices de nous tous. Parce que

    la vie règne définitivement et qu'en toute créature a

    commencé un processus secret mais réel de rédemption, de

    transfiguration.

    La mort est une dominante qui pèse sur tous les hommes, une

    véritable puissance efficace : non seulement parce qu'elle inspire la

    peur et l'angoisse, contredisant la vie des hommes, mais aussi parce que,

    à cause d'elle, les hommes deviennent mauvais, et pèchent. Le

    péché est toujours égoïsme, qui contredit la

    communion avec les hommes et avec Dieu. Et c'est précisément la

    présence de la mort qui déchaîne ce besoin de « se

    » sauver, voire de vivre sans les autres ou contre les autres. La mort

    n'est pas seulement « le salaire du péché » (Rm 6,

    23) ; elle est aussi instigation au péché... Si les hommes sont

    poussés à pécher, c'est à cause de l'angoisse de la

    mort, de cette peur qui rend les hommes esclaves pour leur vie tout

    entière (cf. Hé 2, 14-15). En raison de l'angoisse et de la peur,

    le désir de vie des hommes devient haine, méconnaissance de

    l'autre, concurrence, rivalité, violence. L'angoisse peut tout

    défigurer, même l'amour. La mort apparaît ainsi active et

    présente, non seulement au moment où la vie physique du corps

    humain s'éteint, mais aussi auparavant : elle est une puissance qui

    réalise des incursions dans la sphère de l'existence et porte

    atteinte à la plénitude des relations et de la vie. Telle est la

    mort contre laquelle Jésus a lutté jusqu'à remporter la

    victoire (...).

     

    « On ne meurt pas chacun pour soi, 

    mais les uns pour les autres, 

    ou même les uns à la place des autres,

    qui sait ? »

     Georges Bernanos,

    Dialogue des carmélites

     ************************************

     

  • ÉCLOSION

    Chez nous, la fin octobre a été marquée par l'arrivée de "Babilou N°2"... 

    Couleurs tendres sur palette d'automne,

    Fleur de soleil dans une nature qui s'endort,

    Air de printemps qui ignore le mauvais temps,

     171_naissanceNature2.jpg 

    Impossible de rester insensible devant ce petit être qui s'ouvre tout confiant à la vie! J'ignore ce qu'il deviendra, mais je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour contribuer à son épanouissement!

    Un Bébé qui naît, c'est un petit ange qui vient du Paradis,

    Comme une fleur, il s'offre au monde, fragile et fort en même temps,

    Un Bébé qui naît, c'est...

    Cliquer ->   Tellement beau 

  • TU DORS, TU VIENS, TU VAS...

    Le 02 Novembre est le jour choisi par l'Église pour fêter les Morts...

    Pas besoin d'emprunter une tête d'enterrement, il s'agit d'une fête joyeuse qui rappelle que le peuple des Baptisés c'est "sur la terre et au ciel". En célébrant les Morts, l'Église encourage à maintenir l'unité, la communion, entre les vivants et les morts. C'est une démarche d'espérance placée dans la certitude qu'il y a une Vie après la vie, ce qui donne du sens à notre passage sur terre. Le Ciel éternise tout ce que nous vivons, et comment nous le vivons, ici-bas et ...

    M.CarEme008.jpg

  • BORNE 007

     

    Le billet de ce jour est le poème d'une amie, écrit l'an dernier à l'époque de son anniversaire...

    Probablement parce que nous sommes sensiblement du même âge, je suis sensible à sa poésie. Peut-être que vous aussi?...

     

    ob_c0afc76fc0e3a1d3aeb4020247255466_automne-1.jpg

     

    BORNE 007

     

    Octobre aux cheveux roux vient d'ajouter dix lunes

    Au banc de mon jardin, dans ce coin de soleil

    Où l'hiver ne vient plus mettre un croissant de miel

    À mes années-bonheur s'effeuillant dans la brume...

    On dirait que le temps marche avec une canne

    Et que mon coeur s'essouffle aux caresses du vent

    Que tout se plisse en moi comme un film désuet

    Où l'on avance encore à pas lents et discrets...

     

    Je suis donc devenue aujourd'hui cette femme

    Que les fées de l'automne ont fleurie en printemps

    Rêvant depuis longtemps près d'une étrange source

    Où la pluie et le vent, en jouant, s'éclaboussent...

    Il y a tout autour de ces rires d'enfants

    Qui obligent le Temps à refaire un détour,

    Et toujours ce soleil gênant et insolent

    Où restent dessinés mes poèmes d'amour...

     

    Et puis nous arrivons aux portes de l'automne

    Où l'ombre de ta main sur la mienne s'attarde

    Où le ciel vient s'ouvrir à grands traits de crayon

    Pour élargir le Temps et percer l'horizon

    Comme s'il y avait une arrière-saison

    Où plus rien n'est pareil et ne connaît plus d'âge

    Où les ans, pas à pas, sans pitié nous rattrapent

    En nous faisant plus vieux, bien moins fous mais plus sages...

     

    Tiens! Il y a du bleu et du vert tout au fond...

    Nos souvenirs sont là; l'album de notre vie

    S'ouvre page après page. Que tout cela sent bon!

    Tant de bonheur ensemble, et ce n'est pas fini...

    Rester encore un peu... Mes enfants, ma famille,

    Mes amis, le petit...

    Et l'amour de ma vie...

    À tous, de mon coeur, MERCI!

     

    Claire DENIS -BASTIN (Octobre 2013)

  • ÉMERVEILLEMENT DU DÉBUTANT

    Tout être humain après avoir connu l’insouciance de l’enfance, est obligatoirement confronté un jour à la vie du monde, avec son âpreté, ses luttes, ses souffrances, ses drames...

    Parvenu à cette étape inévitable, deux voies sont alors possibles : se refermer sur soi-même à la suite de ce choc ou au contraire demeurer ouvert. Quand la deuxième option l’emporte sur la première, le fait de conserver la capacité d'émerveillement est une victoire, une sorte de nouvelle naissance. Il n'y a pas de révolte, pas de désespoir. On laisse sa chance à la vie sans devenir indifférent. 

    regard neuf.jpg 

    Le sage n’admire rien, il tient son intelligence en éveil.

    On admire souvent trop, on omet de discerner ! Le drame de beaucoup de nos contemporains est de vivre dans le "tout tout de suite", de décider dans la précipitation, d'éviter les nécessaires mises au point pour mieux continuer. Je pense entre autres aux couples qui cassent parce que les ou l'un des partenaires refuse(nt) l'exercice de la persévérance. Je pense aussi au nombre croissant de parents qui tuent leurs enfants, puis se suicident, ayant perdu toute confiance dans la vie. Notre système éducatif n'encourage plus (ou trop peu) les jeunes au goût à l'effort là où ce serait utile, et on les soumet à l'épreuve là où ils ont besoin d'être sécurisés. On les sur-protège, on les mal-protège, et on oublie d'en faire des adultes!.

    S’il faut de l’émerveillement pour rentrer dans la vie, il faut un recul critique pour s’y maintenir. Accueillir joyeusement le sérieux de la responsabilité après avoir connu la fraîcheur de l'insouciance, c’est ce que doit expérimenter et accepter l’adulte pour accéder à la maturité.

    Plutôt que s'enfermer dans le chagrin, le regret, l'amertume, après avoir vécu, lutté, souffert, certaines personnes âgées conservent la capacité de s'émerveiller comme des enfants, avec la même magie, mais enrichie par l’expérience de la vie. Ce qui prouve que, loin d'être une perte, renoncer à l'émerveillement béat d'enfant pour accéder à celui d'adulte, mature et intelligent, est un gain.

    L'émerveillement est un enjeu, pas simplement un tendre moment de l’existence réservé aux enfants...

    Si l’on n'est pas vigilant, on oublie facilement son émerveillement. Il est la source vive qui nous relie à la vie, à la raison, à la réalité ouverte de l’existence. On le perd quand on n’a pas grandi en passant d’un émerveillement d’enfant à un émerveillement d’adulte. Il s’agit là de la grande épreuve de la vie, mais qui n'a rien de redoutable... 

    Lors de notre récente rencontre "Familles nouvelles", l'animateur a lu un texte sur "l'attitude du débutant". On entend par là l'attitude de quelqu'un qui regarde ce qu'il a déjà vu avec un regard toujours neuf qui lui permet de progresser dans ce qu'il n'avait en fait qu'ébauché. Car on ne sait jamais tout! 

    Mais l’esprit humain se sent en insécurité quand il ne peut pas contrôler quelque chose, alors il se rassure en tranchant, disant qu’il sait, ou aussi qu'il ne veut pas savoir. Dommage, car on ferme ainsi la porte à la vie. Or, rien n'est figé! Lorsque mon fils aîné était au conservatoire, sa prof de violon rappelait régulièrement :"regarde ta partition comme si tu la découvrais pour la première fois!". De fait, en pratiquant de la sorte, il évitait de reproduire les erreurs qu'il commettait en jouant machinalement. Par la suite, j'ai repris cette consigne, pour lui, pour son frère, ou pour moi, dans d'autres situations de vie, et ça a porté du fruit. 

    "L’attitude du débutant laisse la porte ouverte à beaucoup de possibilités;

    celle de l’expert les limite à très peu."

    (Suzuki,1970)

     

  • RETRAITE

    La vraie question​ de la retraite​ est dans la définition de l’activité que l’on cesse d’exercer. Et ce n’est certainement pas la vie en soi...

    7nesbwuy.gif

    La retraite ne se résume pas forcément à un rythme passif entre le dodo et la télé. Mon mari et moi faisons partie des exemples qui confirment que la vie de certains retraités peut être bien remplie. 

    Pour moi, il n’y a jamais vraiment eu de difficulté à passer d’un projet à un autre, et je ne me suis à aucun instant sentie mise​​ au rencard. Ce qui a changé – en bien –, c’est que, depuis ​bientôt sept ans, j’ai la chance de pouvoir organiser mon emploi du temps et de choisir la plupart de mes occupations en fonction de mes goûts, de mes urgences, de mon énergie, et de mes envies. 

    Pour mon mari, l'expérience est plus récente, et remonte à 1 an. Il n'aura cependant pas fallu tout ce temps pour le convaincre que la nouvelle qualité de vie à laquelle il goûtait était décidément plus épanouissante qu'auparavant. 

    Nous avons conservé l'un comme l'autre d'excellents contacts avec nos ex-collègues, non par besoin mais par amitié. Notre tissu social est si étoffé que nous sommes sans cesse sollicités, pour des rencontres amicales, festives, participer à des projets, ou apporter de l'aide... À tel point qu'il faut jongler avec beaucoup d'adresse pour synchroniser le tout en maintenant les quelques activités culturelles auxquelles nous tenons. 

    Saisissant les rares espaces restant libres, nous attaquons enfin ce qui avait été mis de côté pendant de nombreuses années: trier, ranger, un tas de "brols" mis de côté "en attendant". Il reste encore du pain sur la planche!

    C'est la vie telle que nous l'aimons, et nous rendons grâce pour ce cadeau qui nous est offert au quotidien et qui nous pousse à aller résolument de l'avant...

  • NOUVELLE DATE ANNIVERSAIRE

    Papa est décédé il y a eu juste 3 ans hier...

    Désormais le 14 mai est la date où je lui souhaite un bon anniversaire, puisque c'est elle qui marque son entrée dans sa vie nouvelle.

    Bon anniversaire, Papa! 

    Ce que nous devenons après la mort est un bien grand mystère. Je ne connais rien de l'après-mort. Tout au plus j'imagine...Que ceux qui ont quitté notre terre s'installent dans un au-delà qui m'est encore inconnu, mais auquel je crois, qui se nomme Paradis, où j'espère me retrouver un jour. En attendant, je communique au quotidien avec papa, bien mieux que de son vivant au cours duquel les circonstances nous ont privés des échanges que nous aurions aimé entretenir. 

    a la mort n'est rien (1).jpg

    Puisque papa était sensible à l'art, avec une prédilection pour la musique classique, et qu'il appréciait beaucoup l'humour, je lui offre cette vidéo. 

    Cliquer sur le lien pour voir et écouter:

    ->http://youtu.be/BKezUd_xw20

    Je ne doute pas que, de là-haut, papa va se régaler de la prestation de ces musiciennes à la fois drôles et époustouflantes de virtuosité ...

  • LUMIÈRE

    On dit souvent que certaines personnes rayonnent. Elles brillent de sérénité, d’une force intérieure et spirituelle, d’une merveilleuse joie de vivre... 

    paques-resurrection-esperance-tombeau-vide_article_large.jpg

    Les chrétiens vivent aujourd'hui dans l'allégresse de la lumière de Pâques. ALLÉLUIA! L'étoile reçoit sa lumière de l'astre solaire pour la refléter, et le soleil du chrétien, c’est le Christ ressuscité, le Vivant, qui roule toutes les pierres qui nous empêchent de vivre. Il nous invite à regarder plus loin que nos deuils, nos peurs. En vidant nos tombeaux, il ouvre nos coeurs! Son unique désir est de dynamiser nos vies par la force de son amour, de nous extirper de nos morts pour nous faire entrer dans une vie nouvelle, avec lui et avec les autres.

    La vie du Christ nous est donnée, débordante, dans le partage du pain et de la Parole, prête à rejaillir dans le monde, dans la rencontre authentique avec l'autre, à travers un sourire, un pardon, une bénédiction, donnés en son nom. 

     "Dans un monde qui souvent le méconnaît et, de fait, le refuse, vous êtes invités à vous approcher du Christ et à adhérer à lui toujours plus profondément. C’est un appel continuel à suivre le Christ et à lui être conformé. Ceci est d’une importance vitale dans notre monde si désorienté, « parce que, lorsque sa flamme [de la lumière de la foi, ndlr] s’éteint, toutes les autres lumières finissent par perdre leur vigueur » (Lumen fidei, 4)".(Extrait du message adressé le 22 août dernier par le Pape François au prieur général de l’Ordre des Frères de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel, à l’occasion de leur Chapitre général.)

    "Vous êtes la lumière du monde". Jésus exprime clairement que les hommes ne voient notre lumière qu'à travers notre conduite, nos actions, et nos paroles...

    carte-joyeuses-paques-01.gif

     

  • UN "OUI" D'ESPÉRANCE

    Ce jour de fête de l'Annonciation nous invite à emboîter le pas au "oui " de Marie ...

     Chant : Marie, Tendresse dans Nos Vies 

    Cliquer sur l'image pour entre dans la vidéo:BarocciNativite.jpg

     

    Merci à toi, Marie, pour ce  "Oui " d'espérance ! 

     

  • PITIÉ?

    6198225_orig.jpgDernièrement​, suite à l'appel au jeûne et à la prière pour éclairer les consciences par rapport au projet d'élargissement de la loi de l'euthanasie, ​Mme Herremans a dénoncé​ ​une 'terrible pression' de l’​É​glise catholique, qui utilise "des armes qui ne sont pas celles du débat démocratique"...

    ​Tiens, tiens! Cette personne reconnaîtrait-elle l'efficacité de la prière au point de la redouter comme un ennemi? Elle a raison, du point de vue que: « Dieu est fidèle, il ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces » (1 Co 10, 13). Et aussi : « Si deux d'entre vous, sur terre, unissent leurs voix pour demander quoi que ce soit, cela leur sera accordé par mon Père » (Mt 18, 19)

    Voici le lien d'un message poignant envoyé à notre Roi de Belgique par une fillette québécoise de 4 ans. L'enfant est aidée par ses parents pour intervenir, et je ne sais pas s'ils sont ou non chrétiens, mais leur démarche est clairehttp://youtu.be/kuiTu3JrR9E

    Ma conviction est que tôt ou tard, les démarches spirituelles vaincront, quand bien même l'extension de la loi de l'euthanasie serait votée, car: « Par la prière, tout ce qui pourrait nous nuire est mis en fuite » écrit saint Augustin.

    Piété et pitié ne s'accordent pas forcément! Aujourd'hui, ​on veut tout peser, tout maîtriser​, mais ​la prière échappera toujours au contrôle des ​lois humaines. Dieu permettra peut-être que la loi s'élargisse, mais, fidèle et compatissant, il répondra à ceux qui l'implorent et à tous ceux qui plaident en faveur de la vie, en les aidant à ne pas recourir à cette loi lorsqu'ils seront confrontés à des situations pénibles. 

    Nous vivons un moment de crise qui touche différents secteurs de l’existence, non seulement celui de l’économie, de la finance, de la sécurité alimentaire, de l’environnement mais également celui du sens profond de la vie et des valeurs fondamentales qui l’animent. (...) Le caractère missionnaire de l’Église n’est pas un prosélytisme mais un témoignage de vie qui illumine le chemin, qui porte espérance et amour(...) (Pape François)