• VIVRE INTÉGRALEMENT

    "En fait, tout le corps parle et c'est même une partie importante de la communication..."

     

    _defaut.jpgCe commentaire d'un ami sur FB au sujet de mon dernier post  me fait aller plus loin que ce que je disais, et rejoint une réflexion de Jean-Paul II:

    "Le corps, et lui seul, est capable de rendre visible l'invisible : le spirituel et le divin. Il a été créé pour amener dans la réalité visible du monde le mystère caché de toute éternité en Dieu, et ainsi en être le signe." (Jean-Paul II, Audience du 20 février 1980, TDC 19,4)

    Ce disant, Jean-Paul II exprimait l'idée que le corps humain est sacrement de la personne dans la mesure où il indique qu'il possède une dimension absente chez les animaux. Selon lui, seul le corps est capable de rendre visible l'invisible. Contrairement à l'idée largement répandue (même chez les catholiques), la personne humaine n'est pas un esprit piégé dans un corps qui serait une carapace. L'être humain est une union profonde d'un corps et d'une âme.

    La personne humaine n'a pas un corps, elle est un corps. Nous ne sommes pas des esprits incarnés, mais des corps spirituels. Le chrétien est au monde ce que l'âme est au corps. Il (biologique) a pour mission (théologique) de faire sentir Dieu dans l'espace social où il vit, réalisant ainsi la trinité 'humano-divine'.

    Notre corps dépend de ce qu’il fait. Et il sait bien qu’il a aussi besoin d'une autre sorte de nourriture que celle du plaisir des sens: l’amour et la joie. Soigner le corps sans tenir compte de l’âme ou soigner l’âme sans prendre soin du corps est une aberration.

    En vieillissant, le corps rappelle à l’homme qu’il est seulement de passage dans cet univers et ne peut s’y installer. Le monde actuel voudrait le nier, et on tente, à grands frais, d’effacer l’outrage des ans en camouflant les traces de l'âge par la chirurgie, les cosmétiques… 

    Or, il faut soigner l’âme en même temps que le corps, car c’est l’homme dans toutes ses dimensions qui doit se sentir "bien". Toute maladie peut devenir une grâce donnée pour quelque chose de plus grand si, face à elle, on ne se demande pas pourquoi on est malade, mais bien comment vivre chaque jour de façon plus juste. Il s’agit de rechercher le 'pour quoi'?, le bien que peut faire cette maladie si on corrige de mauvaises habitudes de vie qui conduisent aussi à la purification de l'âme.

    La santé intégrale s’obtient en envisageant les trois dimensions, corps, esprit et âme, et pas seulement en se limitant de soigner la maladie. Le bien-être absolu est atteint lorsque le corps, l'âme et l'esprit s'écoutent, s'accordent et permettent à la personne de découvrit la richesse de son 'unicité'

  • LES MAINS PARLENT

    La gestuelle des mains est un mode d'expression universel qui traduit nos pensées lorsque les mots nous manquent...

    Heureusement pour moi, qui ne suis pas douée en langues étrangères!Déçu

    mains-vers Bague_38415576.jpg

    Plus sérieusement, voici une méditation  puisée dans "psaumes dans la ville" ... 

    Serrer une main. Tendre la main. Lever la main. Fermer la main. Ouvrir la main. Agiter une main. Écarter les mains. Applaudir des deux mains ! Nos corps peuvent parler en de multiples signes. Mais par les mains se montre en toute simplicité ce que nos corps savent si bien cacher d’habitude, par prudence, au secret de nos âmes. Ils osent un instant rendre visibles à fleur de peau nos états d’âme. C’est pourquoi la prière sollicite le langage des mains.

    Le psalmiste prie en élevant les mains vers le Saint des Saints. Il faut beaucoup de mots pour traduire un tel geste. Il manifeste le respect. Il exprime le désir d’une bénédiction en retour. Surgi du plus haut désir de vie, un tel geste ne ment pas. Il dit la paix, il appelle la paix, il fait la paix. Mais ceux qui discourent sur la paix et ne la font pas « n’ont compris ni l’action du Seigneur ni l’œuvre de ses mains. » Ceux « qui parlent de paix, quand le mal est dans leur cœur » n’ont pas idée de l’un de ces moments prodigieux où la violence s’arrête, interdite, sur la foi d’un simple signe, le signe de la paix. Et quel plus beau signe de paix adressé à un homme, un adversaire, que le vis-à-vis d’une main dressée vers le Ciel, imposée à distance, sensible, au regard étonné.

    Mains ouvertes sur le bois de la Croix, Jésus trace pour nous le signe de la paix. Il dit le non-sens de tous ces murs faits de haine qui divisent l’humanité en factions adverses. Il rend présente dès ici-bas l’immense paix de Dieu, au-delà de tous les conflits de ce temps.

     Frère Pascal Marin

     

     

     

     

     

     

  • MARIE MÈRE MYSTÈRE

    Bonne fête de l'Assomption, et plus spécialement encore à ceux dont le patronyme s'apparente à Marie...

    Mais que signifie cette fête? L'Assomption de Marie commémore l'ascension corporelle de la Vierge au Ciel, élevée corps et âme dans la gloire de Dieu. Le terme "Dormition" insiste sur la douceur de la mort vécue par Marie, sans souffrir, parce que dans un état de paix spirituelle.

    131117.p.jpg

    Marie, que l'on croit bien connaître parce qu'elle représente la maternité, reste pourtant un mystère jusqu'à sa mort. Mystère de la maternité divine et en même temps, maternité de chacun de nous en nous associant étroitement à Jésus, fils de Dieu fait chair qui fait de nous, fils d'hommes, ses frères par adoption filiale reçue à travers Marie.

    Quand se produisit l'Assomption? Mystère! Concernant l'âge que pouvait bien avoir Marie à son Assomption, les avis sont très partagés, et les théologiens ont difficile à avancer une date précise, les circonstances de la mort de la Vierge Marie n'étant pas décrites dans la Bible.

    Ce qui est formel, c'est que le "Oui" de Marie fait d'elle la collaboratrice du dessein de Dieu sur notre humanité. Elle est la créature qui, par sa chair, a été la plus proche du coeur de Dieu-Trinité, et par qui l'histoire du salut du monde a été possible. Comme pour nous tous, le jour de la mort de la Vierge a été le moment du bilan de sa vie. Pour elle, c'est le couronnement d'une destinée unique. 

    05 Chante et réjouis-toi église du seigneur (hymne de l'assomption).m4a

    Marie est la parfaite Icône d'un monde à venir. Elle nous indique comment réaliser notre vocation de créatures "à la ressemblance de Dieu"...

  • TOP 10 DU BONHEUR

    Le Top 10 du bonheur selon le Pape François...

    ARTICLE du magazine "famille chrétienne"| 31/07/2014 | Par Ary Waldir Ramos DiazShare on facebooShare on twitter

     
    Pape blagueur

    Pape François

    ©Pool-Reuters.jpg

    Le 27 juillet dernier, la revue dominicale argentine Viva du quotidien Clarin a publié une nouvelle interview du pape François, signée du journaliste Pablo Calvo. 

    Lors d'une rencontre qui aura duré pas moins de 77 minutes à la résidence Sainte-Marthe, au milieu d'un groupe d'émigrés argentins en Suède, le 7 Juillet dernier, le Pape a notamment déclaré que le Prix Nobel de la Paix ne l’intéressait pas particulièrement, a exprimé ses préoccupations au sujet des guerres en cours, la protection de la nature et les dangers de ne pas profiter du temps libre pour les relations personnelles et familiales. Il a évoqué les jeunes et la nécessité de les aider à trouver un emploi décent.   

    Le décalogue du ’bien vivre’ selon le Pape François

    -1- Vivre  et laisser vivre, le premier pas vers le bonheur. « Vis et laisses vivre, voilà le premier pas vers la paix et le bonheur ». Dans la vidéo publiée sur le journal Clarín, le Pape explique que les Romains ont un dicton : « Allez et laissez les gens aller de l’avant ».

    -2- Se donner aux autres, pour ne pas laisser le cœur s’endormir. «  Quelqu’un qui s’arrête court le risque de devenir égoïste. Et l’eau stagnante est la première à se corrompre ».  

    -3- Se mouvoir avec humilité, lentement, au milieu des personnes et des situations. Le Pape emploie le terme « stagnant »,  repris d’un classique de la littérature argentine «  Dans Don Segundo Sombra (roman de Ricardo Güiraldes), il y a un passage très beau, quelqu’un qui relit sa vie. Le héros raconte que, jeune, il était  un torrent de montagne qui emportait tout sur son passage; adulte, il était un fleuve qui allait de l’avant;  et devenu vieux, il se sentait en mouvement, avançait, mais lentement, en stagnant. J’utiliserais cette image du poète et romancier Ricardo Güiraldes, ce dernier adjectif, stagnant. La capacité à se mouvoir avec bienveillance et humilité, l’eau stagnante de la vie » a-t-il affirmé  en tournant ses pensées vers les aînés qui « ont cette sagesse, ils sont la mémoire du peuple ».  

    -4- Préserver le temps libre comme « une saine culture du loisir».Le Pape exhorte à profiter de la lecture, de l’art et des jeux avec les enfants. « Le consumérisme nous a amené l’angoisse  de perdre la saine culture du temps libre » fait-il observer.  Aujourd’hui, je confesse peu, mais à Buenos Aires je confessais beaucoup et aux jeunes mères qui venaient, je demandais : « Combien d'enfants avez-vous? Jouez-vous avec vos enfants? » . Une question inattendue, mais je leur disais que jouer avec les enfants est essentiel, la clé d’une culture saine ». C’est difficile pour  les parents qui vont travailler tôt et reviennent parfois quand les enfants sont endormis, mais il faut le faire ».  

    -5- Le dimanche est pour la famille. « L'autre jour, à Campobasso (Italie), je suis allé à une rencontre entre le monde de l'université et le monde du travail, tous réclamaient le dimanche chômé.  Le dimanche, c’est pour la famille ».  

    -6- Aider les jeunes à trouver un emploi décent. « Il faut se montrer créatifs avec cette frange de la population. Faute d’opportunités, ils peuvent tomber dans la drogue. Et le taux de suicide est très élevé chez les jeunes sans travail. L’autre jour, j’ai lu, mais il ne s’agit pas d’une donnée scientifique, qu’il y aurait  75 millions de jeunes de moins de 25 ans en chômage. Cela ne suffit pas de les nourrir: il faut inventer pour eux des cours d’une année pour être plombier, électricien, couturier. La dignité permet de ramener du pain à la maison ».  

    -7- Prendre soin de la création, aimer la Nature. « Nous devons prendre soin de la création et nous ne le faisons pas. C’est un  de nos plus grands  défis ». Apparaît avec insistance la volonté du Pape de transmettre la valeur de l’écologie, probablement le thème de sa prochaine encyclique.

    -8- Oublier rapidement le mal qui affecte la vie. « Le besoin de dire du mal de l’autre trahit une faible estime de soi. Cela veut dire que je me sens tellement mal que, au lieu de me relever, j’abaisse l’autre. Il est sain d’oublier rapidement le négatif ».

    -9- Respecter la pensée de l’autre, sans prosélytisme religieux. “ On peut troubler l’autre par le témoignage, afin que les deux progressent ans ce dialogue. Mais la pire chose est le prosélytisme religieux, qui paralyse: « Je dialogue avec toi pour te convaincre », non. Chacun dialogue depuis son identité. L’Église croît par l’attraction, non par le prosélytisme ».  

    -10- Rechercher la paix est un engagement. Le dernier conseil du Pape est de tout faire pour rechercher la paix face aux conflits armés  qui affectent plusieurs régions du monde. « Nous vivons dans une époque où les guerres sont nombreuses. En Afrique, elles semblent des guerres tribales, mais sont quelque chose de plus. La guerre détruit. Et l’appel à la paix doit être crié. La paix évoque parfois le calme, mais la paix n’est jamais la quiétude, c’est toujours une paix active ».  

    Le Saint-Père a enfin affirmé que sa nomination pour le Prix Nobel de la paix n’est pas à l’ordre du jour, tout en confirmant que « tout le monde doit être engagé dans la question de la paix ». Et d’ajouter à propos du prix : « Je vous dis la vérité. Je n’ai jamais accepté de doctorats et tous ces prix qu’on vous offre, sans pour autant les mépriser. Je n’y pense jamais, et encore moins (il rit)  vais-je  penser à ce que je ferai avec tout cet argent, en toute franchise ». 

    Ary Waldir Ramos Diaz

     

     
  • QU'EST-CE QUE RÉUSSIR?

    "Les hommes sont nés pour réussir et non pour échouer" (Henry- David Thoreau, philosophe américain; 1817-1862). 

    Encore faut-il savoir ce que c'est que réussir! S'agit-il tout simplement de s'installer dans un maximum de confort matériel, ou d'atteindre une position sociale au moins conforme à un certain milieu, ou encore d'accéder à un haut poste professionnel ou politique convoité? Ceux qui obtiennent cela ne respirent pas nécessairement le bonheur!

    réussir sa vie,réussir dans la vie,confiance,transcendance,paix,force tranquille

    Réussir sa vie n'est pas pareil que réussir dans la vie, et ça n'a que peu de rapport avec les facilités de la vie quotidienne, qui éloignent plutôt l'individu de la connaissance de lui-même. On parvient à la réussite de sa vie en cherchant parmi les aspirations les plus profondes de l'âme, celles qui sont ancrées en nous "par essence".

    Réussir sa vie, c'est avancer en paix et atteindre ce qui nous transcende. C’est prendre conscience que la dignité de l’homme n’est pas à conquérir, que sa valeur ne dépend pas de ses performances, de son statut ou de son curriculum vitae, que l'identité est gravée en soi comme sur le roc. 

    J'ai le sentiment de réussir ma vie en réalisant que ma valeur est ancrée en Dieu, ce qui fait que je porte un regard différent sur l’existence, la mienne, celle des autres, qui sont mes égaux par rapport à "Notre Père". Délivrée du piège de la performance, de la rivalité et du paraître, je n’ai rien à prouver ou à conquérir. Mon seul désir est de vivre paisiblement et humblement au service des miens et de mon prochain. J'essaye de donner le meilleur de moi-même, utilisant mes biens, mon énergie, mon savoir et mon temps au service de ceux qui en ont besoin. Quelle que soit la rigueur des circonstances, je conserve une confiance tranquille, parce que je ne doute pas que lorsque les forces me manqueront pour nager, des bras vigoureux viendront à mon aide pour me tenir hors de l'eau...