• TENDRESSE

    Chaque geste révèle notre joie ou notre tristesse, notre amour ou notre haine, notre pleine conscience ou notre torpeur.

    Thich Naht Hanh

    tendresse,sagesse,espérance,chanson,bourvil,pape françois

    Parmi les voeux de Nouvel an, j'ai reçu un montage sous forme de petit livre à feuilleter, dont la couverture indiquait:     

    "La tendresse de Dieu se manifeste dans les signes.

    Meilleurs voeux.

    Très Saint Père"

    Chaque page contient une pensée du Pape François. Elles sont toutes emplies d'espérance et de sagesse. À découvrir en cliquant sur l'image ci-dessous:

    tendresse.jpg

    Sous une autre forme, Bourvil exprimait la tendresse dans une chanson dont les paroles n'ont pris aucune ride:

    La tendresse

    Bourvil

     10 La tendresse 1.m4a

     

     

  • QUAND JE SERAI GRAND

    Cultiver le bonheur prend du temps, généralement toute une vie...

    Heureux sont ceux qui, l'ayant compris assez tôt, ne se découragent pas. Malgré des hésitations et des erreurs, ils finissent par trouver la route qui y conduit!ATT00013.jpeg

    La volonté d’être heureux fait depuis longtemps partie de nos questions de sens, mais plus le bonheur se construit sur base de l’épanouissement personnel, moins il est accessible. Or aujourd'hui, chacun définit ses propres objectifs pour réussir sa vie, ce qui entraîne une diminution du poids moral des institutions et une augmentation de l’individualisme. 

    Cherchez l'erreur...

     

  • AU NOM DU PROGRÈS...

    L'attitude de nos sociétés par rapport à la vie humaine est en train de changer de façon à la fois rapide et radicale...

    immortalité.jpg

    "Nous vivons en Occident dans une étrange société où l’on voudrait que les gens ne meurent plus. Même ceux qui choisissent volontairement le danger", lisais-je dernièrement dans un article du journal Le Vif

    Aux limites de la science-fiction et des avancées médicales, certaines recherches bio-technologiques actuelles promettent l'immortalité grâce à des implants dans le cerveau qui transformeraient les hommes en robots pensants, des êtres intelligents artificiels. Même en greffant une multitude d'implants cérébraux, l'homme restera cependant toujours inquiet face à son destin. Il lui restera toujours à définir le sens de la vie. Et à cet égard, tôt ou tard l'humanité devra s'interroger sur ses fins dernières. 

    euthanasie.jpg

    Dans le même temps, les partisans de l’euthanasie militent pour l’instauration d’un véritable «droit à choisir sa mort», y compris dans le cas de personnes qui, sans être malades, sont moralement «lasses de la vie». En Belgique, il est fortement question d'étendre la loi relative à l'euthanasie aux mineurs et aux personnes atteintes d'une affection cérébrale incurable.

    La règle est simple: on a le droit de vivre, le plus longtemps possible, pour autant que ça ne gêne personne. On a le devoir de mourir proprement, sans bruit, discrètement, rapidement! Dit plus crûment: on préfère les morts aux mourants.

    Rendre la parole aux personnes qui souffrent? Ce serait formidable! Mais... Parce que leurs plaintes et leurs gémissements, on n'en veut plus, on leur force la parole en les retranchant dans le seul choix possible, qui est de se taire à jamais au plus vite.

    Permettre de mourir dans la dignité? Tiens donc! Serait-il indigne de souffrir? Indigne d'attendre l'heure du dernier soupir sans trafiquer la vitesse des aiguilles? D'ailleurs, une seule aiguille suffit encore, celle qui injectera la dose létale. Pour rester dans le chapitre de la dignité, et ce n'est pas moi qui l'affirme, mais un médecin oncologue qui travaille en soins palliatifs depuis des années dans un hôpital de Tournai, on dispose à l'heure actuelle d'une variété suffisante de médicaments pour soulager toute douleur, et lorsque la souffrance demeure insupportable, elle est généralement d'ordre moral ou affectif, ce qui demande une présence aimante, à l'écoute, réconfortante. 

    En réalité, sous le faux prétexte de libérer la personne souffrante, le principal mobile des pro-euthanasie est leur incapacité de regarder en face ce qui les renvoie à leur propre histoire. Autrement dit, on passe au tri des humains, et on évacue"les encombrants" hors du champs de vision, parce que leur présence fait effet miroir sur ce que l'on veut occulter. Réflexe bien humain et compréhensible auquel on devrait répondre en accompagnant les proches d'une personne en phase terminale. Comme ça se pratique en soins palliatifs.  

    « Des machines à tuer permettront d’éliminer la vie, lorsqu’elle sera trop insupportable ou économiquement trop coûteuse. Je pense donc que l’euthanasie sera une règle de la société future. » (Jacques Attali- "L’Avenir de la vie", 1981).

    La société est devenue utilitariste. Nous glissons de plus en plus dans une logique selon laquelle il ne s’agit plus du droit de mourir, mais bien de l'interdiction d'encore vivre parce que le droit de tuer est admis, voire prôné. Nous sommes en plein dans le relativisme moral et le refus de reconnaître le vrai bien conforme à la dignité de l’être humain. Sous prétexte de sentiments, qui ne sont que sensiblerie, on assiste à la banalisation de penser qu'il existe des vies humaines qui ne valent pas la peine d'être vécues. Ne répondant plus à certains critères de qualité, elles ont dès lors moins de valeur que d'autres vies. 

    Des franges de plus en plus larges de la population (y compris des Chrétiens) estiment que certaines vies humaines, qu'il s'agisse d'embryons, de fœtus, de personnes souffrant de handicap profond ou de maladie grave, ne méritent plus d'être respectées et prises en charge en toute circonstance. Ces personnes défaillantes gênent le paysage des gens prétendus "normaux" en transgressant le monde dans lequel ils entendent vivre! Un odieux crime de lèse-majesté, tout de même, de s'imposer de la sorte!

    Pourtant... La vie de tout être humain quel que soit son état de santé, de handicap ou de souffrance, doit être respectée. Ceci implique que notre société, dans son ensemble et dans un esprit de solidarité, est tenue de prendre en charge de façon humaine et responsable, ce qui veut aussi dire sans acharnement, tous ceux qui se trouvent dans une situation de grande détresse.

    " C'est le diable qui fait bouillir la casserole, mais Dieu qui en tient le manche ", dit un proverbe italien. Dieu n'a pas créé le monde pour l'abandonner. Là est mon espoir et ma confiance...

  • OÙ ES-TU?

     

    Peu avant Noël, j'ai joué à "Où es-tu?"avec B., mon petit-fils de 2 ans 1/2...

    2013-12-01 10.19.16.jpg

    En fait, j'aménageais soigneusement sa cachette avant de crier: "Où es-tu?". Aussitôt, des éclats de rire répondaient à l'appel. Le Petit, évidemment très amusé à l'idée que je le cherchais, marquait de suite sa présence par un joyeux débordement sonore. Jouant le jeu à fond, je faisais mine de ne pas le retrouver de suite. 

    J'ai pris une photo pour lui montrer la réussite du camouflage. Pour B. "qui sait", et moi "qui ai vu", il n'y a aucun doute d'une présence sous les coussins. Mais si je revois cette photo dans quelques années en ayant oublié ce moment de complicité, je me demanderai pourquoi l'avoir prise. Il faut reconnaître que bien malin est celui qui devine qu'un petit bonhomme est blotti sous le monticule. Seuls les familiers de la maison trouveraient étrange cet aménagement sur le divan, et en chercheraient peut-être la raison. 

    L'absence de preuve de la présence n'est pas forcément une preuve de l'absence.

    Sans doute parce que la période s'y prêtait (Noël approchait, et une place vide attendait Jésus dans la crèche), j'ai pensé aux questions qui tourmentent beaucoup de gens: "Où est Dieu, quand on le cherche? Où est-il, quand on l'appelle à l'aide? Où est-il, quand rien ne va plus dans notre vie?" 

    Un peu plus tard, dimanche dernier, venait l'Épiphanie, fête de lumière qui nous invite à imiter les Mages. Ils ont vu l'étoile, l'ont suivie, et ne se sont pas découragés lorsqu'elle a disparu. Ils n'ont plus douté de son existence et l'ont recherchée avec confiance, reprenant leur marche par un autre chemin après avoir compris les mauvaises intentions du roi Hérode.

    IMG_2018.JPG

    L'absence de preuve de la présence n'est pas forcément une preuve de l'absence.

    De même que nous pouvons ressentir la personnalité d'un artiste à travers son oeuvre, pouvons-nous percevoir la nature de Dieu à travers toute sa création. C'est finalement la démarche permanente du Chrétien qui cherche Dieu dans sa vie avec les yeux de la foi et qui le voit à l'oeuvre à travers ce qui est banalités, ou hasards, aux yeux des incroyants. 

    L'absence de preuve de la présence n'est pas forcément une preuve de l'absence.

    Dieu n'est ni capricieux, ni indifférent, mais il laisse l'homme libre. Certains affirment que s'Il existait, Il enverrait des signes suffisants pour que tout le monde croit en Lui. Les plus présomptueux argumentent que, à défaut de preuves bien spécifiques, arbitrairement désignées par eux, Dieu est pure invention.

    Pourtant, aujourd'hui encore, il est donné aux Croyants de vivre en compagnie de Jésus, mais autrement que ses contemporains. La sagesse et le discernement qui sont insufflés par l’Esprit-Saint guident les choix et apaisent les doutes de ceux qui décident de le suivre. 

    C'est en nous modelant sur le Christ que nous Lui ressemblerons et qu’avec Lui nous rendrons visible l’image de Dieu.

    Voir Dieu, ça s'apprend!

    Voir Dieu, ça se transmet ... 

  • UNE ÉTOILE PRÉCIEUSE

    L'Épiphanie est la manifestation concrète du mystère de salut, révélé non seulement aux juifs, mais à tous les hommes...

    Parfois, un conte explique mieux que des discours: 

    Il était une fois, il y a fort longtemps, une petite étoile qui venait de tomber du ciel s’égarant en plein champ sur la planète Terre...

    fêtes,Épiphanie,lumière,étoile,révolution

    Elle était splendide cette petite étoile, étincelant de mille feux. Elle scintillait pour tout le monde. Mais elle était bien seule, elle ne voyait jamais personne. Pourtant, comment ne pas être vite repérée quand on scintille de la sorte?

    Un méchant loup qui rôdait dans les environs, cherchant à se mettre quelque chose sous la dent, aperçut l’étoile. En un éclair, il était sur elle, cherchant à la dévorer. Elle était effrayée. Ne pouvant la croquer – car, on ne mange pas une étoile! – le méchant loup entreprit de l’enterrer. Comme seul moyen de défense, l’étoile brilla plus fort afin d’aveugler le loup, mais bientôt, elle sentit qu’elle étouffait. Elle se sentait perdue, et son éclat se mit à diminuer.

    Survint une pauvre femme, tout occupée à ramasser des branches mortes pour chauffer sa maison. Le loup, surpris, s’enfuit à toutes jambes laissant la petite étoile à moitié morte. La femme s’approcha doucement… De ses mains délicates, elle écarta la terre qui écrasait la malheureuse étoile. Peu à peu, reprenant espoir, l’étoile se remit à vivre, et bientôt, elle brilla de tous ses feux. « Oh, se dit la femme, je vais l’emporter dans ma maison, elle éclairera mon mari quand il reviendra du travail! ».

    Abandonnant ses branches mortes, la femme recueillit la petite étoile dans ses deux mains ouvertes en forme de coupe et, toute joyeuse, regagna sa maison.Arrivée chez elle, elle déposa sa précieuse découverte sur un socle près de la porte.

    De retour, le soir, le mari fut tout étonné par la vive clarté qui l’accueillit en franchissant la porte.

    - Qu’est-ce que cette chose brillante?, demanda l’homme.

    Et la femme lui raconta la merveilleuse aventure qu’elle venait de vivre.

    - Elle nous est précieuse, cette étoile, dit l’homme, gardons-la pour nous.

    - Non, dit la femme, mettons-la dehors, elle éclairera tous ceux qui passeront près de notre maison!

    Et plus l’homme disait : « Gardons-la pour nous », plus la clarté de l’étoile diminuait, diminuait, diminuait… Plus la femme disait : « Mettons-la dehors, elle éclairera les passants », plus l’étoile brillait. L’homme prépara une place sur le rebord extérieur de la fenêtre, et y déposa le brillant trésor…

    Depuis ce jour, la petite étoile n’a pas quitté leur fenêtre… et sa clarté est de plus en plus vive. 

    (Auteur inconnu)

    fêtes,Épiphanie,lumière,étoile,révolution

    L'étoile de Bethléem n'était pas seulement pour émousser la curiosité des astrologues. Elle venait annoncer une possible révolution intérieure en chacun, pour qui elle devenait un signe clairement identifiable permettant de comprendre vers où se diriger.

    04 Brille l'Étoile 1.m4a

    (Maîtrise du pays de Loire)

    L'étoile qui a guidé les Mages est celle qui doit briller dans notre vie pour que nous devenions des porteurs d'espérance...

  • BONNE ET HEUREUSE ANNÉE!

    Hier, je suis tombée sur des voeux formulés de manière très touchante, pas récents, mais encore très valables pour 2014...

    Texte de: Mario Pelchat - Musique: Auld Lang Syne (Ce n'est qu'un Au Revoir-Traditionnel)

    Cliquer sur l'image pour écouter:->

    689718bc.gif

    Bonne et heureuse année, 

    À tous ceux qui n'ont rien dans les bras que les battements tristes et gratuits, 

    Dont les yeux brillent de toutes les larmes retenues, 

    Dont le front résonne de coups atroces et silencieux. 

    Dont les paroles ne traduisent plus les pensées,

    parce que ces pensées sont douloureuses.

     

    Bonne et heureuse année 

    À tous ceux dont les actes ne sont plus que des symboles, 

    Dont les attitudes sont pétries de courage. 

    Qui redressent le dos pour cacher leur peine, 

    Qui marchent seuls pour marcher droit, 

    Mais qui marchent......

     

    Bonne et heureuse année, 

    À tous les humains brisés, à tous ceux qui ne font pas ce qu'ils aiment, 

    Et à tous ceux qui aiment ce qu'ils ne disent pas. 

    À tous ceux que vous frôlez le sachant bien, 

    Et à tous ceux qui vous frôlent ne le sachant même pas.

     

    Bonne et heureuse année, 

    À tous ceux qui portent en eux, blessure vraie, 

    Un immense néant fait de tous les arrachements.

     

    Bonne et heureuse année, 

    À ceux dont c'est la dernière et qui s'en doutent, 

    Et à ceux dont c'est la dernière et qui ne s'en doutent pas. 

    À ceux qui n'ont pas la force d'y penser, 

    Et à ceux qui n'ont pas la faiblesse de l'avouer. 

    À ceux qui n'osent pas vous regarder, 

    Parce que leur regard peut-être les trahirait,

    Et qu'ils veulent garder pour eux seuls leur terrible secret.

     

    Bonne et heureuse année

    À ceux qui sourient pour voiler le chagrin de leur âme, 

    Badinent pour masquer la grimace de leur cœur, 

    Crient pour taire la panique de leurs yeux, 

    Jouent la comédie pour ne pas assombrir des vies.

     

    Bonne et heureuse année, 

    À certains heureux aussi que j'oubliais, 

    À ceux qui portent leur tête, et leur cœur et leur âme 

    aussi légèrement qu'un poids d'hélium.

     

    Bonne et heureuse année, 

    À ceux que le plaisir égare et dont le sang charrie tout l'idéal,

    Car pour eux suffit l'apparence charnelle de la vie.

     

    Bonne et heureuse année enfin,

    À ceux qui possèdent le détachement de l'esprit, 

    Et à ceux qui soignent les corps ou les âmes, 

    À ceux dont le cœur bat généreusement, 

    Et à ceux qui, luttant pour la justice, veulent établir le règne de la paix, 

    À tous ceux qui sont purs dans leur pensée et leur amour.

     

    Bonne et heureuse année, 

    À vous tous, 

    Qui donnez un sens divin à l'humanité.