• OÙ VA-T-ON?

    À quand le remplacement, dans le calendrier officiel, de la fête de la Toussaint par la fête d'Halloween ?

    Pourtant avant de s'engager aussi loin, il serait bon que l'on sache où l'on va! Bénédiction d'un côté, malédiction de l'autre... Halloween est en effet purement et simplement le démon, et radicalement divergente de notre fête chrétienne placée intentionnellement à la même date. Inutile d'entrer dans les détails: une rapide recherche sur internet documentera les personnes intéressées par le sujet. Je vous propose juste mon point de vue...

    Halloween6a00d83451619c69e20120a643f6be970b.gif

    " Les païens sacrifient aux démons et non à Dieu. Et moi, je dis que vous ne devez pas avoir de commerce avec les démons " (1 Corinthiens, 10-20).

    Si nous nous targuons un tant soit peu d'être soucieux de notre patrimoine culturel et de cultiver le goût du beau, si nous prétendons transmettre des valeurs saines à la jeunesse, et que de surcroît nous nous proclamons chrétiens, il est indispensable que nous respections les fêtes de l'Église et que nous refusions toute forme de syncrétisme. Il va de soi que nous devrions nous opposer à l'instauration de cette fête de l'Halloween qui n'est pas un simple phénomène de mode ou une innocente farce. 

    Les enfants sont des acteurs candides dans cette mascarade païenne, applaudis par des adultes qui ont suivi le mouvement commercial sans y voir de mal, la plupart du temps parce qu'ils en ignorent les dangers à long terme. Il y a pourtant trop d’ambiguïté pour ne pas prendre ses distances!

    Que faire, pour "remettre les pendules à l'heure"? Voici ma proposition, étant entendu que je m'exprime en tant que chrétienne.

    Tout d’abord en ne s’affolant pas. Rien ne sert de dramatiser, mais il est nécessaire d'ouvrir les yeux. Ensuite, il vaut mieux accueillir et expliquer, et progressivement revenir à la fête de la Toussaint, qui est une très belle fête. Par exemple en organisant des tournées d'enfants messagers d'espoir, ou des veillées-contes mettant à l'honneur des qualités particulières de personnes disparues qui ont jadis vécu dans la région... 

    Si chacun, à son échelon, déclare fermement s'opposer à un mécanisme maléfique qui inspire le culte des sorcières, des monstres et du diable, et remet à l'honneur des usages qui valorisent l'amour, le beau, le vrai et le bien, à travers de petites choses plaisantes, ce sera l'espérance du salut qui triomphera des griffes du Malin et libèrera aussi de la peur de la mort.

    Sur ce, bonne fête de "tous Saints" à chacun d'entre vous!

    « La sainteté, c’est Dieu qui traverse l’homme »

    (Marie NOËL)


  • ÇA DÉMÉNAGE!

    Un concert des Déménageurs, puisque c'est d'eux qu'il s'agit, ça déménage... Et croyez-moi, dans la salle, les adultes sont aussi enthousiastes que les enfants!

    IMG_0183.JPG

    Le groupe fait une tournée à l'occasion de ses dix ans d'existence, et se produisait hier à 16H dans la grande salle du théâtre de Namur. Je m'y suis rendue en compagnie de mon petit-fils B., deux ans, à qui j'ai offert un abonnement "jeune public" pour cette saison. Il connaît plusieurs chansons des Déménageurs, et demande régulièrement à ses parents de mettre leur CD lorsqu'ils sont en voiture. Hier, j'étais aussi impatiente que le petit en attendant "le pt'tit quatre heures", mais pour d'autres raisons que les siennes. Voici enfin une étape que j'attendais, qui est d'introduire progressivement notre Bonhomme à la culture, aux arts, à la beauté en général, à travers des activités partagées ensemble, qui resserreront nos liens et lui donneront tellement de plaisir qu'il aura encore envie d'y goûter. Maintenant, place au théâtre...

    En scène, un savoureux mélange musical composé d'une Lili hypertonique, une vielle à roue, un accordéon diatonique, une bandoura, et une guitare sèche. Une prestation musicale colorée, vivante, amusante, animée, qui tient autant du spectacle que du concert. Une heure qui est passée très vite, pendant laquelle les déménageurs ont fait participer tout le public, qui a spontanément fredonné les airs, et fait la gestuelle pour accompagner les chansons.  

    En final, nous avons regagné notre domicile en bus. Du bonheur pour B., peu habitué aux transports publics, et avec qui j'ai conversé non stop! C'est qu'il a de la babeille, ce petiot! Il est parti au pays de Winnie à 20H, après avoir soupé, savouré une crème préparée par Mamilou, pris un bain avec Papilou, avoir eu droit à deux histoires, et dit au revoir à Jésus.

    En ce moment, il dort encore du sommeil du Juste. Cependant... Il me semble entendre des signes de réveil à travers le babyphone. Je vous laisse, et me prépare à aller chercher notre petit Soleil...



  • RENARD - REGARD

     "Ne regardez pas le renard qui passe, regardez plutôt quand il est passé!", dit la comptine entonnée par tous les enfants depuis plusieurs générations...

    Pourtant, l'inverse est beaucoup plus enrichissant, à certaines conditions! C'est en regardant quelqu'un sans idée préconçue à son sujet qu'on peut le voir tel qu'il est, que l'on apprend à le connaître autrement que sous son apparence extérieure. On devient "un" avec lui à tel point qu'on continue à le sentir vivant en soi lorsqu'il est passé...


    renard-petit-prince.jpg

    Renard, regard...

    S'il te plaît... apprivoise-moi, dit le renard au Petit Prince. Une fois apprivoisé, le renard se sait aimé.

    Renard, départ

    Son Petit Prince parti, le Renard pleurera pour la première fois de sa vie à cause de leur séparation. Ces pleurs proviennent d'un coeur éveillé, capable d'éprouver de la tendresse !

    Mais sa force est qu'il "sent" en regardant seulement les blés d'or la présence de son ami pour toujours, et il sait que l'Amour est partout, puisque ressenti, donc Vivant.

    Dernièrement, j'ai regardé une superbe vidéo sur la nature "revisitée" à travers le Petit Prince. Vous pourrez la voir en cliquant sur l'image ci-dessous:

    on-ne-voit-bien-copie.jpg

    Grand prix du meilleur film catégorie amateur du Festival Nature Namur 2011 (Belgique)

    Les hommes prétendent aimer la nature, mais ils se montrent présomptueux lorsqu'il cherchent à la dompter. Pour mieux la respecter, il s'agit plutôt de l'apprivoiser. Tout un art qui demande de répondre aux attentions particulières qu'elle nécessite. On ne peut pas violer impunément les droits du monde vivant, sinon  il finit par se venger! La Vie est sacrée, elle nous est confiée, mais elle ne nous appartient pas. 

  • PRIÈRE D'AUTOMNE

    Après un temps estival qui a perduré, voici l'automne bien installé depuis quelques jours. 

    gi-automne3.gif

    C'est l'occasion de partager une prière bien de saison...


    P R I È R E  D ’ A U T O M N E

    L’automne nous dit l’ambiguïté des choses.

    Il mêle la clarté des matins aux soirées assombries.

    Il mêle le rouge et le noir, l’abondance et le vide.

    L’automne nous ressemble. Nous y apprenons l’humilité

    des passages difficiles et des ruptures douloureuses.

    L’automne qui dépouille les branches et dévaste les jardins

    atteint l’être humain dans son instinct de propriétaire.

    Un jour je possède, mais un autre jour je me dépossède.

    « Vous n’êtes pas propriétaires », nous redit l’automne.

    Et sans ce rappel salutaire, l’hiver nous abîmerait.

    Nos maisons, nos arbres, notre moi, nos enfants, nos amis

    ne nous appartiennent pas.

    Vouloir les retenir, c’est appauvrir l’univers.

    Savoir les aimer durant leur voyage, c’est vivre et les faire vivre.

    Dieu des quatre saisons qui rythment la vie de la terre et de l’univers,

    Dieu de nos érables et des feuilles à l’infini coloris,

    Dieu de nos automnes qui chantent la beauté superbe des paysages

    avant le fatal dépouillement de demain, fais-nous participer

    au mouvement de ta grâce en nous et à l’alternance de tes dons.

    Donne-nous les mots qu’il te faut, tes mots, pour que nous puissions célébrer convenablement cette saison de largesse et de tristesse,

    de douceur et de violence, d’abondance et de détachement.

    Apprends-nous la vie intérieure et ses rites.

    Garde-nous dans l’espérance de la saison parfaite

    quand nous serons réunis avec ton Fils

    pour la moisson des siècles et des siècles

    Auteur inconnu

  • ADVIENNE QUE POURRA...

    Plus j'avance, plus je m'aperçois, et je l'accepte volontiers, que la vie m'oriente vers des aventures que je n'envisageais pas... 

    sérénité,confiance,abandon,inconnu,espérance,foi,circonstances,projets

    Je ne les souhaitais pas non plus, parce que j'avais d'autres projets, conçus à partir de ma connaissance ou de mon imagination. Mais les circonstances en décident régulièrement autrement. En acceptant de me laisser guider par elles, même si de prime abord elles sont contrariantes, je découvre finalement une vie bien plus formidable que celle que j'avais programmée, plus intéressante, qui ne cesse de me surprendre à propos de moi, des autres, du monde...

    C'est comme ça! La place sereinement laissée à l'inattendu m'aide à ne pas me laisser abîmer par ce qui me plaît moins, ni me perdre dans des regrets inutiles. Pourquoi m'inquiéterais-je, puisque cet inconnu, c'est la nouveauté que Dieu m'apporte, et qu'il ne veut que mon bien?

    "Advienne que pourra", telle est devenue ma devise, qui me permet de lâcher prise sans considérer l'imprévu comme une catastrophe. Il n'y a là aucun sentiment d"à-quoi-bon?" défaitiste, mais une manière d'appréhender "C'est comme ça" dans l'espérance de la grâce du moment. Ma seule détermination est de me servir de ce qui survient pour contribuer à rendre le monde plus beau, avec l'aide de Dieu, et selon son projet. Ce que c'est reposant!!!...

    Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.

     Gandhi

  • POVERELLO

    Le pape François a choisi de se rendre à Assise en ce 4 octobre. C'est en effet aujourd'hui le jour de la fête de saint François, dont le pape a pris le nom...

    Par cette démarche, les intentions du souverain pontife sont claires: "Une église pauvre pour les pauvres", ainsi qu'il l'avait proclamé lors de son élection le 13 mars dernier. 

    « Je veux parler de la manière dont l’Eglise doit se dépouiller, comment d’une certaine façon l’Eglise doit répéter le geste de François et les valeurs que ce geste implique », a-t-il écrit dans une lettre adressée à l’évêque d’Assise, Mgr Domenico Sorrentino, faisant référence à l’épisode de la vie du Poverello qui se dépouilla de ses biens et de ses vêtements pour se placer sous l’autorité de l’évêque.

    Je vous propose d'écouter un CD (en cliquant sur l'image ci-dessous) que j'aime beaucoup parce qu'il aide à bien s'imprégner de la sagesse de St François...

    St François.jpg