• UNE MANIÈRE DE DEMANDER

    Voici une prière dont je ne connais pas l'auteur. Une manière de demander humblement à Dieu de nous accompagner dans différentes situations de vie...

    prière,humilité,demande,spiritualité,vie

     Mon Dieu... 

    - Aide-moi à dire la vérité en face des hommes et à ne pas mentir pour m'attirer les applaudissements. 

    - Si Tu me donnes de l'argent, Ne me prends pas mon bonheur, et

    - Si Tu me donnes la force, Ne m'enlève pas mon pouvoir de raisonner. 

    - Si Tu me donnes le succès, Ne m'ôte pas l'humilité, et 

    - Si Tu me donnes l'humilité, Ne m'ôte pas ma dignité... 

    - Aide-moi à connaître l'autre aspect des choses, et 

    - Ne permets pas que j'accuse mes adversaires d'être traîtres parce qu'ils ne partagent pas mon point de vue. 

    - Enseigne-moi à aimer les autres comme je m'aime moi-même, et à me juger comme je juge les autres. 

    - Ne me laisse pas m'enivrer par le succès si je l'atteints, ni me désespérer si j'échoue! 

    - Fais-moi plutôt me souvenir que l'échec est l'épreuve qui conduit au succès. 

    - Enseigne-moi que la tolérance est le degré le plus élevé de la force et que le désir de vengeance est la première manifestation de la faiblesse. 

    - Si Tu me dépouilles des richesses, Laisse- moi l'espérance, et 

    - Si Tu me dépouilles du succès, Laisse-moi la force de volonté pour pouvoir vaincre l'échec. 

    - Ne me dépouille pas du don de la santé. 

    - Si je fais du tort à quelqu'un, Donne-moi la force de demander pardon, et si quelqu'un me fait du tort,

    Donne-moi la force du pardon et de la clémence. 

     Mon Dieu... 

    Si je t'oublie, Toi, Ne m'oublie pas!

  • AUJOURD'HUI COMME HIER

     

    Hier, je gardais notre petit-fils, transformé en sioux avec des tatouages d'éosine partout sur le corps. Varicelle explique...

    Moments de joie avec ce petit homme de 15 mois qui est manifestement très sociable et s'y entend fort bien pour installer la connivence. Mon rôle de Mamilou est un privilège incontestable. Je me sens encore concernée par l'évolution de B., mais sans obligation, ce qui m'offre une place plus confortable que d'être parent. 

    amour,enfant,semer,jeux,hier,aujourd'hui

    Hier, on a partagé une véritable partie de plaisir. On a ri aux éclats avec un jeu simpliste que j'avais déjà appris à mes fils, et que j'avais vu pratiquer avec tous les petits de ma famille. Les pieds de B. étant posés sur les miens, il était emporté par mes pas et circulait ainsi à travers la pièce. Un moyen de transport parfait pour ce bonhommet qui ne se hasarde encore qu'à deux ou trois mètres "sur deux pattes". Mais ce que je retiens surtout, c'est la lueur des yeux du petit qui traduisait clairement que nous étions bien ensemble. Un plein d'Amour avec trois fois rien!

    B. me fait régulièrement faire des allers-retours entre la période où j'étais pleinement "dans le bain" avec mes fils et aujourd'hui. Quelle que soit l'époque, quels que soient les progrès pour faciliter la vie pratique, être parent reste un fameux investissement de soi. Car, malgré leurs efforts, tous les parents, sans exception, commettent des erreurs. Mais tout ce qu'ils sèment dans l’amour fait du bien à leur(s) enfant(s). Les concepteurs de jeux éducatifs de nos enfants ont beau s'évertuer à créer de nouveaux besoins, le développement de l‛enfant, dans toute l‛histoire de l‛humanité, a peu changé.

    Il a toujours eu besoin, et encore aujourd‛hui, d‛un environnement aimant pour s‛épanouir, pour grandir, pour être stimulé à développer sa volonté et son désir de se mettre debout pour marcher, puis courir.

    Il a toujours eu besoin, et encore aujourd‛hui, d‛un environnement rassurant afin d‛explorer son milieu de vie, la nature, le monde dans lequel il habite.

    Il a toujours eu besoin, et encore aujourd‛hui, de jolies histoires afin de stimuler son imagination et sa créativité.

    Il est arrivé que certains choix de nos fils ne soient pas en adéquation avec ma manière de voir, ni celle de mon mari. Notre seul but a toujours été de persévérer dans l’amour. Respecter leur cheminement personnel, leur niveau de maturité psychologique ou spirituel, les accompagner dans leur croissance sans vouloir les faire grandir trop vite, et les guider vers une autonomie progressive, en leur accordant notre confiance. Surout ne pas lâcher, et continuer à semer...

  • DÉTACHEMENT ET AMOUR

    Détachement et amour vont de pair...

    Après 41 ans de mariage (depuis le 11 de ce mois), mon mari et moi avons acquis une certaine expérience, même si ce n'est pas encore une expérience certaine, de ce que aimer signifie. Dès que je me lie à une chose ou à une personne, l’amour de moi-même prend le dessus sur l’amour de l’autre. Le pur amour est gratuit. J’aurai beau donner, si je le fais dans l’espoir, conscient ou non, d’attacher l’autre à moi, je porte atteinte à sa liberté car je le contrains à me payer de retour, et notre relation s’apparente alors à un marchandage plutôt qu’à de l’amour...

    détachement,amour,respect,liberté,relation

    Pour le meilleur et pour le pire...

    Il y a une certaine relation affective qui ne "veut" littéralement rien de l’autre, mais qui s’intéresse en même temps énormément à sa croissance et à sa maturation. Pour le bien de l'autre, pas pour soi, ce qui n'empêche pas d'éprouver de la joie ! Une relation où l’on devine l’être de l’autre, faite de tendresse gratuite, de poésie, de dévouement, de quête patiente de l’être véritable, de magie, de créativité et de réalisme, de piété et de bon sens, de liberté et d’engagement. C'est dans cette relation que l'on ressent le mieux l'union de l’âme et du corps. Une relation qui a besoin de temps pour s'épanouir harmonieusement...

  • A, comme dans Amour, ou Argent?

    Dans Mt, 19: 16-22), Jésus insiste sur le dépouillement...

    Un peu plus loin, il surenchérit: "il est plus facile à un chameau de passer par un trou d'aiguille qu'à un riche d'entrer dans le Royaume des cieux". 

    Et aujourdhui, on lit dans Lc, 5:26, qu'il proclame "Heureux, vous les pauvres: le royaume des cieux est à vous!"

    amour,argent,bonheur,trésor,coeur,spiritualité,pouvoir

    Saint Bernard de Clairvaux (1091-1153), vendit tous ses biens pour distribuer tout l'argent récolté aux pauvres.

    La première règle de Saint François d'Assise (1182-1226), est: « Ni pièces de monnaie dans leur ceinture ». Car, selon lui, l'or et la monnaie, nous ne devons pas les considérer comme plus utiles ou précieux que les cailloux...

    Un peu plus de trois siècles plus tard, Saint Jean de la Croix (1542-1591) dit: "Vous n'éprouverez pas d'autres besoins que ceux auxquels vous aurez ainsi soumis votre cœur".

    (exode, 17:11) : « Si vous amassez des richesses, n’y mettez pas votre cœur » . N’allez pas faire de votre argent, de vos propriétés, de vos biens de consommation, une nouvelle idole.

    « Là où est votre trésor, là sera votre cœur » nous dit Jésus (Mt, 6:21). Le pouvoir de l’argent est à ce point tyrannique qu'il déclare deux versets plus loin : « Personne ne peut servir deux maîtres. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent ». 

    Beaucoup de matière à réflexion, dans tout ce qui précède...


  • ET TOI?

     La phrase la plus commune et la plus insipide qui soit est sans doute: « Ça va ? » 

    ca va?,maladie,accompagnant,attention

    Chaque jour en croisant quelqu’un, il nous arrive de ponctuer la rencontre par un « ça va ? ». Toute la suite de la conversation dépend du ton sur lequel est dit ce « ça va? ». Et le plus souvent la réponse est: 

    « 

    Bien! Et toi? 

    ». 

    En fait, le « Comment ça va? » est surtout utilisé comme formule d’usage, de politesse, une entrée en matière pour poursuivre la conversation. À cette question qui ne s'intéresse pas réellement à ma personne, je réponds que ça va bien, comme le font la majorité des gens. Même si ça ne va pas très bien. Juste pour ne pas créer de malaise et éviter de débiter mes misères sur la place publique. Parfois, rarement, il est vrai, mais ça arrive, ma réponse est: 

    « 

    Ça ne va pas très bien ». 

    Pendant une seconde, silence! Un blanc inconfortable qui marque un certain embarras. Car pour la personne qui interroge, le pire quand son interlocuteur en vient aux détails de ses malheurs.

    Il y a donc le « Ça va? » indifférent, de circonstance, que l’on dit pour meubler, par convenance ou pour amorcer la conversation, mais qui n'accorde en réalité pas beaucoup d'importance à la réponse. Parfois, j’aurais envie de protester: « Stop! Inutile de faire semblant en me posant cette question! Qu’est ce que ça peut te faire, puisque tu n’écoutes même pas la réponse? ». 

    Heureusement, il y a aussi des « Ça va? » sincères, qui signifient : « Je veux vraiment savoir comment tu vas, ça m’intéresse », qui sont disposés à se prolonger dans l'accueil de ce qui va se dire. J'en ai bénéficié pendant l'hospitalisation récente de mon mari. Au début, il m'a fallu du temps pour décoder que la question me concernait. Mais il est arrivé plus d'une fois que l'on ajoute: « Prends soin de toi »« Repose-toi »« Appelle, si tu as besoin d'aide ». Là, plus de confusion possible...

    Tout s'est déroulé sans que je ne demande d'aide à quiconque, mais le fait de me sentir entourée par des personnes soucieuses de ma résistance m'a probablement aidée à rester en forme. Ce qui m'a remis en mémoire une anecdote de ma vie professionnelle, qui illustre l'importance de tenir compte des proches d'un malade... 

    Quand je travaillais, j'avais pris l'habitude de m'intéreser aux accompagnants des patients, surtout ceux de longue durée, autant qu'au malade lui-même. La manière dont on me répondait manifestait clairement que l'on comprenait ma démarche lorsque je disais: « Et vous? ». Au point qu'un jour, après que j'aie teminé la prise de sang de son mari atteint d'un cancer, une dame m'a présenté une demande de laboratoire pour elle-même. Elle a invité son époux à sortir et l'attendre sur les chaises près du local de prélèvements. Lorsque nous avons été seules, elle m'a dit que la prise de sang n'était qu'un prétexte pour avoir l'occasion de parler à l'aise de son ressenti par rapport à la maladie de son mari. Ce dernier était devenu tyranique au point qu'elle ne vivait plus qu'à travers lui. Elle était épuisée et déprimée. Rapidement, mais avec beaucoup d'écoute, j'ai commencé par la réconforter, puis l'ai l'encouragée à oser mettre les limites et se donner le droit d'exister en se faisant plaisir. Notre bref entretien, je l'ai appris par la suite, lui a fait beaucoup de bien.

    Après avoir eu un aperçu de ce que accompagner un malade signifie (et dans mon cas, avec un pronostic favorable), mes « Ça va? » seront d'autant plus attentifs lorsqu'ils s'adresseront aux proches d'une personne souffrante.

    Ceci dit, vous qui me lisez, avant de vous quitter, j'ai aussi envie de vous demander si « Ça va? ». Un « Ça va? » très sincère, sachez-le...

     

     

     
  • LA MEILLEURE?

    Voici un bref dialogue entre Leonardo Boff -théologien brésilien rénovateur de la théologie de la Liberté- et le grand Dalaï Lama...

    liberté,vérité,bonté,spiritualité,religion,pensées

    D.L: La meilleure religion est celle qui te rapproche de Dieu. C’est celle qui fait de toi, une meilleure personne. 

    L.B: Qu’est-ce qui nous rend meilleur? 

    D.L:  Tout ce qui te remplit de compassion, te rend plus sensible, plus détaché, plus aimable, plus humain, plus responsable, plus respectueux de l’éthique. 

    L.B: La religion qui fera tout ça pour toi, c’est la meilleure religion?

    D.L: Pour moi, ce qui est important c’est la façon dont tu agis avec les autres, ta famille, tes collègues de travail, ta communauté, et devant tout le monde. Rappelle-toi que l’univers est l’écho de nos actions et de nos pensées. 

    La loi de l’action et réaction n’est pas exclusive à la physique. Il s’agit aussi de nos relations humaines.

    Si j’agis avec bonté, je recevrai de la bonté.                              

    Si j’agis avec méchanceté, je recevrai de la méchanceté. 

    Tu recevras toujours ce que tu souhaites aux autres.

    Être heureux n’est pas une affaire de destin, c’est une affaire d’options ou de choix. 

    Finalement, le grand Dalaï Lama a dit:

    Prends soin de tes pensées parce qu’elles deviendront des Mots.

    Prends soin de tes  mots parce qu’ils deviendront Actions.

    Prends soin de tes actions parce qu’elles deviendront Habitudes.

    Prends soin de tes habitudes parce qu’elles formeront ton Caractère.

    Prends soin de ton caractère parce qu’il formera ton Destin

    et ton destin sera ta Vie

                                                  …et

    Il n'y a pas de religion plus grande que la Vérité

    podcast
    La vérité nous rendra libres
    (Gianadda)

    ***********

    Seigneur, qui séjournera sous ta tente ? 

    Celui qui se conduit parfaitement, 

    qui agit avec justice 

    et dit la vérité selon son cœur. 


    Il ne fait pas de tort à son frère 

    mais il honore les fidèles du Seigneur. 

    Il prête son argent sans intérêt, 

    n'accepte rien qui nuise à l'innocent. 

    Qui fait ainsi demeure inébranlable.

     (Psaume 15(14),1a.2.3b-4b.5).
     
     
    (...) Devant Dieu notre Père, la manière pure et irréprochable de pratiquer la religion, c'est de venir en aide aux orphelins et aux veuves dans leur malheur, et de se garder propre au milieu du monde. (Lettre de St Jacques 1, 17-18.21b-22.27)