• TESTEZ-VOUS


    À quelques jours des examens scolaires, Lavenir.net propose aux lecteurs de tester leurs connaissances, à travers des matières relatives au Certificat d'études de base...

    test,connaissances,questions,français

    Hier, c'était place au français...

    Prêts à vous lancer dans l'aventureLangue tirée? Sans tricherInnocent? Alors, Cliquez ici pour participer au quiz

    AmusantSourire, et vraiment pas de quoi se prendre la têteClin d'œil...

  • PROMESSE TENUE

    Un diapo -> ICIque m'a envoyé un ami, m'invite à vivre plus intensément la Pentecôte (que l'Église fête aujourd'hui) sous le signe de la Croix... 

    fêtes,pentecôte,croix,grâce,spiritualité,unité

    Les Chrétiens aspirent à recevoir la grâce de la Pentecôte. Mais dans un réflexe bien humain, beaucoup voudraient éviter le passage par la Croix. Or, c'est à la Croix que se réalise l'unité entre les Églises. C'est elle aussi qui détruit l'inimitié entre tous les hommes, pour lesquels le Christ est mort. Paul l'exprime très bien dans Eph, 2:13-18: -> ICI

    podcast
    Pentecôte- P.U.S.H

    "Plus nous pénétrerons dans ces dispositions qu'avait le Cœur de Jésus en parcourant la voie douloureuse: amour envers son Père, charité envers les hommes, haine du péché, humilité et obéissance, plus nos âmes seront remplies de grâces et de lumières, parce que le Père éternel verra en nous une image plus parfaite de son divin Fils" (Extrait d'un chemin de Croix de Dom Columba Marmion, Le Christ dans ses mystères, Éd. de Maredsous, 1947).

    La Pentecôte fête une promesse tenue. Jésus ne nous laisse pas seuls. L'Esprit-Saint est nous est envoyé. Il vient nous aider à supporter les pesanteurs de la vie. N'ayons pas peur.

     Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l'Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi (Jn, 15:26)
                                  Joyeuse fête de Pentecôte à tous!


  • LA PETITE VIERGE

    Mai, mois de Marie.

    podcast
    Marie du mois de mai 

    J.Cl Granadda

    Voici un beau poème de circonstance, d'un poète belge que Papa (mort il y a eu un an le 14 de ce mois) aimait beaucoup...

    LA PETITE VIERGE 

    mai,marie,poésie

    La petite Vierge Marie
    Passe les soirs de mai par la prairie,
    Ses pieds légers frôlant les brumes,
    Ses deux pieds blancs, comme deux plumes.

    S’en va comme une infante,

    Corsage droit, jupes bouffantes,
    Avec, à sa ceinture, un bruit bougeant
    Et clair, de chapelet d’argent.

    Aux deux côtés de la rivière

    Poussent par tas les fleurs trémières,
    Mais la Vierge, de berge en berge,
    Cherche les lys royaux
    Et les iris debout sur l’eau
    Comme flamberges.

    Et de sa douce main, enfin,

    Détache une chèvre qui broute
    À son piquet, au coin des routes,
    Et doucement la baise et la caresse
    Et gentiment la mène en laisse.

    Émile VERHAEREN (Les visages de la vie)

    Nationalité : Belge 

    Né à Saint-Amand (Anvers) le 21/05/1855, mort à Rouen le 27/11/1916 

    Biographie : -> ICI  









  • PROGRÈS?

     

    Depuis la nuit des temps, l’être humain réfléchit à la vie, à la mort, à l'immortalité, aux forces divines. Les mythes nous le confirment en nous décrivant des êtres fabuleux...

    Zeus pouvait enfanter sans femme. Le contexte est modernisé, mais le principe reste pareil de nos jours. L'homme oscille sans cesse entre l'humain et le surhumain. Une certaine progression (???) scientifique et technique m’interpelle de plus en plus.

    maternité,nature,progrès,science,valeur

    J’aborderai seulement le domaine de la maternité, que j’ai vu devenir de plus en plus médicalisée au cours de ma carrière. Et en ce qui concerne la génétique, je me demande jusqu’où on va instrumentaliser le corps humain, à force d'en modifier la nature. Aujourd'hui, la technique de l'ectogenèse n'est pas encore au point, mais des essais ont déjà été faits, et certains scientifiques prévoient que l’utérus artificiel pourrait être fonctionnel dans la moitié de ce siècle, avec ses possibles conséquences!

    "Une fausse science fait des athées, une vraie science prosterne l'homme devant la divinité" (Voltaire- Dialogues XXIV, 10)

    L'homme va-t-il aller jusqu'à désacraliser et violer la Vie dans son expression la plus noble, et ôter toute dignité à l'être humain en voulant le transformer en une chose? Va-t-on reléguer aux oubliettes ces mois merveilleux qui privilégient le contact charnel entre la mère et l'enfant ? Le glas va-t-il sonner pour l'enfant "chair de ma chair", le fruit des entrailles qui partage toutes les émotions de sa maman pendant ce moment unique où il est dans son ventre? Va-t-on adopter "l’homme nouveau", acheter des ovules par internet, et normaliser la fabrication des bébés par clonage? Que penser du génie génétique? En modifiant le matériel génétique, il suscite bien des espoirs, mais aussi des craintes. Mes questions sont les suivantes: Que veut-on faire de l'homme? Tout au fond, ne sommes-nous pas renvoyés au désir d'être Dieu? 

    Pourtant, il vient toujours un moment où l'on se heurte aux limites de la médecine, de la technique, de la condition humaine. Quand bien même on chercherait à changer la réalité en modifiant la valeur et le sens des choses naturelles, il est incontournable d'admettre que toute vie est mortelle. Au bout du compte, je trouve qu'il est nettement plus reposant de rester simplement, mais pleinement et "bellement", humain, en collaborant avec Dieu pour le salut de l’univers. 

    Il faut retrouver ce que l’homme moderne a depuis longtemps perdu, le sens du cosmique (Théodore Monod)

     La science explore le cosmos, mais la Bible nous révèle le Créateur du cosmos. 

     " Au commencement Dieu créa les cieux et la terre"...


     


     


     

     

  • PROMESSE

    Quarante jours après Pâques, nous voici une nouvelle fois à l'Ascension... 1250242534Id3AUA.jpgCongé, sans plus, pour beaucoup. Grand pont, pour d'autres. Chez les Chrétiens, c'est avant tout le souvenir d'une promesse faite, pas seulement à eux, mais à l'humanité entière. Car, si cette fête commémore le retour de Jésus dans la Gloire du Père, elle rappelle surtout qu'il n'a pas vraiment quitté le monde. Il a annoncé la venue de son Esprit, à travers qui Il demeurera parmi nous jusqu'à la fin des temps. Croire en ça demande la foi, l'espérance, et la patience d'attendre. Car l'Esprit vient nous surprendre dans notre vie au moment où on ne l'attend pas, ou plus.

    Les Chrétiens sont des personnes qui attendent...

    Il y a la manière d'attendre. Passivement, un peu comme celui qui est dans une salle d'attente et n'a plus qu'une chose en tête: on doit venir le chercher. En trépignant avec le sentiment de perdre son temps, tel celui qui a pris un ticket et piétine en faisant la queue avant de passer à un guichet.

    L'attente chrétienne est patiente. Le retour de Jésus n'est pas un espoir naïf, mais une espérance solide, une certitude inébranlable. Il nous l'a promis! Nous sommes heureux de préparer son retour en annonçant par-delà toutes les frontières la Bonne Nouvelle du Salut qu'Il a offert à tous. Cette attente a du sens, et nous mobilise dès aujourd'hui pour construire un monde nouveau dont les signes sont: amour, paix, joie...

    podcast

    Ascendit Deus in jubilatione 

    Giovanni Giorgi

  • NE TE FÂCHE PAS

    En ce jour de fête des Mères en Belgique, voici une lettre très touchante qu'une maman adresse à sa fille, anticipant le jour où elle deviendra très diminuée par le grand âge... 

    famille,fêtes,amour,mère,fille

    Ma fille,

    Le jour où tu trouveras que je suis devenue trop vieille,

    essaie d’avoir un peu de patience envers moi,

    et essaie surtout de me comprendre, ma fille...

    Si je répète la même chose des dizaines de fois, ne m’interromps pas !

    Écoute-moi !

    Quand tu étais petite, tu voulais que je te lise la même histoire,

    soir après soir, jusqu’à ce que tu t’endormes.

    Si je ne me lave plus aussi souvent sous la douche,

    ne me réprimande pas et ne me dis pas que c’est une honte.

    Souviens-toi combien de raisons je devais inventer,

    pour te faire prendre un bain quand tu étais petite.

    En voyant mon ignorance vis-à-vis des nouvelles technologies,

    ne te moque pas de moi, mais laisse-moi plutôt le temps,

    d’assimiler tout ça et de comprendre.

    Je t’ai appris tant de choses… bien te tenir à table… bien t’habiller…

    bien te présenter… comment confronter les problèmes de la vie…

    "Le jour où tu trouveras que je suis devenue trop vieille,

    essaie d’avoir un peu de patience envers moi,

    et essaie surtout de me comprendre."

    S’il m’arrive à l’occasion de manquer de mémoire,

    ou de ne pouvoir suivre une conversation…

    laisse-moi le temps nécessaire pour me souvenir…

    et si je n’y parviens pas, ne sois pas nerveuse et arrogante…

    car le plus important pour moi, c’est d’être avec toi et de pouvoir te parler.

    Si je refuse de manger, ne me force pas !

    Je sais très bien quand j’ai faim et quand je n’ai pas faim.

    Quand mes pauvres jambes ne me permettront plus

    de me déplacer comme avant…

    Tends-moi les bras comme je tenais tes petites mains,

    pour t’apprendre à faire tes premiers pas.

    Et quand un jour, je te dirai que je ne veux plus vivre…

    que je veux mourir… ne te fâche pas…

    car un jour, tu comprendras aussi à ton tour !

    Essaie de comprendre qu’à mon âge, on ne vit plus vraiment.

    On survit simplement...

    Un jour, tu comprendras que malgré toutes mes erreurs,

    j’ai toujours voulu ce qui était le mieux pour toi et que,

    je te préparais le terrain pour quand tu serais grande.

    Tu ne dois pas te sentir triste, malheureuse ou incompétente,

    face à ma vieillesse et à mon état.

    Tu dois rester près de moi, essayer de comprendre,

    ce que je vis, faire de ton mieux comme je l’ai fait à ta naissance.

    Aide-moi à marcher… aide-moi à terminer ma vie avec amour et patience.

    La seule façon qu’il me reste pour t’en remercier, c’est un sourire et

    beaucoup d’amour pour toi...


    Je t’aime ma fille !

    Ta Maman xxx

    Publié par : Vivons le moment présent


    Pour conclure, je vous propose une superbe chanson:

    podcast
    L'amour des siens
    , de Vincent Loiseau  
  • OCCULTATION?

     

    Curés, imams, délégués laïques rémunérés aux frais de l'Etat : le député MR Destrebecq appelle à soulager les finances publiques d'un fardeau de 110 millions d'euros qu'il juge d'un autre âge 

    Lire la suite ->ICI

    Chatel-augmente-les-profs.jpg


    Et voici ce que j'en pense...

    Les traitements des ministres du culte sont loin d'être mirobolants, et leur retrait ne suffirait pas à absorber beaucoup de déficit communautaire! Par contre, il me semblerait normal et urgent de revoir le traitement des élus politiques à la forte baisse. Selon moi, pour continuer à refléter la catégorie sociale qu'ils sont prétendus représenter, ils ne devraient percevoir qu'un salaire correspondant à leur fonction professionnelle dans la vie courante, majoré du défraiement des frais RÉELS occasionnés par des obligations RÉELLES, ainsi qu'une rétribution pour le travail fourni dans l'exercice de leur mandat, après lequel ils devraient retrouver leur statut "normal" de citoyens. 

    Un engagement politique doit rester un service "noble", ce qui suppose beaucoup de gratuité. Sinon, on entre dans la spéculation pour un profit personnel, avec toutes les dérives que l'on connaît. Culte de soi, du pouvoir, du luxe, pour n'en citer que quelques...

    En définitive, je me dis que pendant que l'on diabolise le culte, on occulte des domaines beaucoup plus importants...

  • DÉSIRER ET VOULOIR

    Il y a environ deux ans, un article m'avait tellement impressionnée que je m'en souviens encore...

    Un jeune garçon de 14 ans était arrêté pour avoir tué son père de 2 coups de masse dans la tête, après s'être vu interdir l'usage de sa console de jeux. Lire l'article ->ICI.

    Il y a quelques jours, je lisais un fait semblable dans "l'avenir.net": ->ICI

    Grave! Très grave! Pourtant, je parie que pareils drames sont survolés par la majorité des lecteurs comme de simples fait divers qui les concernent peu, ou pas du tout. À tort, car il s'agit d'un phénomène de société qui regarde tout le monde. Nous traversons une crise de l'autorité qui invite à redéfinir certains concepts de vie sociale et à replacer l'éducation au coeur des débats. 

    liberté,désir,volonté,civilisationSans_titre_verite_jpeg.jpg

    Faire ce qu'on a envie de faire?

    Les défenseurs de la liberté qui prônent le "Faire ce qu'on a envie de faire, obtenir ce que l'on a envie de posséder", semblent ignorer qu'ils renient de la sorte ce qu'ils revendiquent et enseignent. Se soumettre à ce qu'on a envie de faire, d'obtenir, à un caprice, c'est obéir à un déterminisme. 

    Il est vrai que les progrès de la technique et de l'industrie permettent beaucoup aujourd'hui. Et promettent! À tel point qu'ils incitent à se refermer sur soi. L'individualisme est à nos portes, et avec lui, la quête d'un confort devenu l'indice du progrès d'une civilisation qui colle les êtres à leur moi-préfabriqué. Un telle prétendue qualité de vie confisque toute chance à l'homme de se créer. Il va sans dire que les enfants sont la cible privilégiée du système marchand d'aujourd'hui. Mais leur demander des efforts, mettre en exergue la valeur du travail, n'a de chance de réussite que par l'exemple des parents et éducateurs. Les jeunes sont le fruit de l'éducation qu'ils reçoivent, ils portent les valeurs qui leur sont transmises, et sont plus convaincus par les actes que par les discours. 

    Je peux désirer quelque chose tout en ne le voulant pas.

    L'éducation devrait aider à se servir de la raison et à différer le désir en prenant le temps d'y répondre posément. Le désir est de l'ordre de l'involontaire. La décision qui en résulte est une démarche consciente et volontaire. Il ne s'agit pas d'écraser le moi, mais encore moins l'idolâtrer, et il convient de tenir compte de certains paramètres: mon choix correspond-il à ma personnalité? Est-il conforme à ma moralité? Respecte-t-il mon intégrité? Celle d'autrui? Dans l'affirmative, c'est la libération. Sinon, c'est une forme d'aliénation.

    Le vouloir ne renie pas le désir, il lui emprunte ses forces et le pénètre de toutes les lumières de la réflexion (Lavelle)...  




  • ART-TISSER

    Aristote ne concevait pas que l’on puisse être heureux en étant obligé de gagner sa vie. Par contre, les philosophes du XVIIIe siècle ont vu la possibilité de trouver une forme d’épanouissement dans l’exercice de son métier...

    prières,temps,amour,gloire,bien

    Même si, crise explique, le travail n'est plus considéré comme une fin en soi, une condition indispensable au bonheur, il reste encore aujourd'hui intimement lié à une notion d’enrichissement personnel. Mais le lot de beaucoup est de se réjouir d’avoir du boulot, quel qu’il soit, pour nourrir sa famille et s’offrir du temps libre. Et ceux qui exercent le métier de leur choix subissent souvent de mauvaises conditions, ce qui rend difficile de parvenir à équilibrer travail et vie privée. Par auto-protection, lorsque quelque chose entre en contradiction avec une exigence profondément ancrée en soi, il arrive de mettre en veilleuse son sens éthique, moral. 

    Le premier mai est déclaré jour de la fête du travail, mais l'événement ne mérite d'exister que si on tente de revaloriser l' 'art-tisser'. À La fin d’une journée de travail, tout travailleur devrait idéalement être nourri du sentiment d'avoir été utile en collaborant à un projet qui améliore la qualité de la vie. Comme les artisans d’autrefois, qui connaissaient les bénéficiaires de leur labeur, et donc la destination finale de leurs efforts...

    Ce n’est pas la profession qui honore l’homme, c’est l’homme qui honore la profession. 
    Louis Pasteur
     

    Prière de l’artisan
    (Prière des copistes et enlumineurs du haut moyen âge, sans doute d’origine anglaise)
     copiste.jpg
     
    Apprends-moi, Seigneur, à bien user du temps que tu me donnes pour travailler,

    à bien l’employer sans rien en perdre.

    Apprends-moi à tirer profit des erreurs passées sans tomber dans le scrupule qui ronge.

    Apprends-moi à prévoir le plan sans me tourmenter,

    à imaginer l’oeuvre sans me désoler si elle jaillit autrement.

    Apprends-moi à unir la hâte et la lenteur, la sérénité et la ferveur, le zèle et la paix.

    Aide-moi au départ de l’ouvrage, là où je suis le plus faible.

    Aide-moi au coeur du labeur à tenir serré le fil de l’attention.

    Et surtout comble Toi-même les vides de mon oeuvre, Seigneur !

    Dans tout le labeur de mes mains laisse une grâce de Toi

    pour parler aux autres et un défaut de moi pour me parler à moi-même.

    Garde en moi l’espérance de la perfection, sans quoi je perdrais coeur.

    Garde-moi dans l’impuissance de la perfection, sans quoi je me perdrais d’orgueil.

    Purifie mon regard : quand je fais mal, il n’est pas sûr que ce soit mal,

    et quand je fais bien, il n’est pas sur que ce soit bien.

    Seigneur, ne me laisse jamais oublier que tout savoir est vain sauf là où il y a du travail,

    et que tout travail est vide sauf là où il y a amour,

    et que tout amour est creux qui ne me lie à moi-même et aux autres et à Toi, Seigneur !

    Enseigne-moi à prier avec mes mains, mes bras et toutes mes forces.

    Rappelle-moi que l’ouvrage de mes mains t’appartient

    et qu’il m’appartient de te le rendre en le donnant;

    que si je le fais par goût du profit, comme un fruit oublié je pourrirai à l’automne;

    que si je le fais pour plaire aux autres comme la fleur de l’herbe je fanerai au soir;

    mais si je le fais pour l’amour du bien, je demeurerai dans le bien;

    et le temps de faire bien et à ta gloire, c’est tout de suite, Amen !