• ENTRE "JE" ET "JE"

    Dieu, une croyance dérangeante ou un chemin de liberation?

    Je reviens à mon billet précédent "Mal et heureux", où j'écrivais: "Il est vrai, qu'à regarder l’état de notre pauvre monde, on serait tenté de se dire que si Dieu lutte contre le mal, il s’y prend décidément très mal. La réponse est à chercher ailleurs..."

     

    point-d-interrogation.jpg

    Dieu n'est pas à l'origine du mal. Touché humainement au cœur de son âme, le croyant n'est pas à l'abri du doute par rapport à sa foi. Il n'est pas muni d'un logiciel qui le dispense de démarches personnelles, et a besoin de chercher le chemin vers sa propre liberté intellectuelle, affective, sociale, spirituelle. Chaque pensée humaine, et chaque action humaine, sont fondées soit sur l’amour qui donne, qui chérit, qui lâche prise, soit sur la peur qui s'accroche, qui empoigne, qui retient. Nous avons toujours le choix entre les deux.

    Dieu nous laisse libres. Il nous regarde, pareil au mendiant qui tend la main pour recevoir une aumône, et nous parle en silence. Il intervient dans notre histoire personnelle en provoquant la rencontre de notre "je" temporel et de notre "je" spirituel. C'est ainsi qu'il lutte contre le mal, à travers nous, selon nous.


    podcast

    Dieu et les hommes; Jean-Roger Caussimon

    Tout homme qui se livre à Dieu est délivré de sa suffisance. Son corps est l'expression de l'oeuvre de son âme en lui. Il naît 'un" au monde, s'émerveille de la vie, et rejoint humblement la vérité de tout être. Il répand l'Amour qui combat le mal..

     

  • MAL et HEUREUX

    Ce billet m'a en partie été inspiré par le dernier post d'Ephrem: "J'en veux à Dieu" 

    Son entrée en matière est : L'instabilité du monde est troublante (...). Et un peu plus loin: Ce que j'ai à dire, c'est ma consternation morale, "existentielle". Franchement, j'en veux... comment continuer? Oui, j'en veux à Dieu de son éloignement. Comment celui que nous nommons avec Jésus "Notre Père" tient-il en défaut ce qui est dit de lui, par lui? (...).

    Dans "Le Monde" du 19 mars 2011, J.P Dupuy écrit: Entre les catastrophes morales et les catastrophes naturelles se trouvent les catastrophes technologiques et industrielles. Contrairement aux secondes, les hommes en sont de toute évidence responsables mais, contrairement aux premières, c'est parce qu'ils veulent faire le bien qu'ils produisent le mal (...). C'est comme si la Nature se dressait face à l'Homme et lui disait, du haut de ses rouleaux déferlants de vingt mètres : "Tu as voulu dissimuler le mal qui t'habite en l'assimilant à ma violence. Mais ma violence est pure, en deçà de tes catégories de bien et de mal. Je te punis en prenant au mot l'assimilation que tu as faite entre tes instruments de mort et ma force immaculée. Péris donc par le tsunami !" (...). "La tragédie japonaise a ceci de fascinant qu'elle mêle inextricablement trois types de catastrophes que l'analyse traditionnelle distingue soigneusement : la catastrophe naturelle, la catastrophe industrielle et technologique, la catastrophe morale."

     vie,mal,amour,spiritualité,justice,bonheur,larmes

    Il est vrai, qu'à regarder l’état de notre pauvre monde, on serait tenté de se dire que si Dieu lutte contre le mal, il s’y prend décidément très mal. La réponse est à chercher ailleurs...

    Dieu est Amour, et nous a créés pour l’Amour. Or, il n’y a pas d’Amour sans liberté. Si l’homme choisit librement de faire le mal, il refuse Dieu, s'en éloigne. Dieu tient jalousement à ne pas brusquer notre liberté, afin que notre adhésion soit vraiment de l’ordre de l’Amour, et non de la contrainte ou de la crainte. Sa réponse à la violence de ce monde qui semble triompher sur cette terre, c’est son Fils. C’est en lui que se trouve la clef de compréhension du mystère du mal, et son remède absolu. Jésus est venu dans notre humanité pour nous inviter à le rejoindre tels que nous sommes, dans une humilité amoureuse de lui. Il comprend nos soupirs, nos reproches, nos rouspétances, nos bouderies, nos colères, nos incompréhensions. Il les préfère sans doute à l'indifférence. Fidèle, il continue à proposer de faire alliance avec nous. Pour s'unir véritablement à lui, il nous faut entrer dans sa souffrance, sur le chemin de la Croix à porter avec lui.

    La souffrance est un corps à corps avec la chair, avec la terre, avec la finitude, et d’un même tenant avec le ciel, avec l’Esprit. Une lutte lente et silencieuse entre soi et infiniment autre que soi, tout au long de laquelle s’extrait et croît une énergie insoupçonnée ; dans la communion avec tous les défunts, les pécheurs et les saints. Seule cette communion transtemporelle rend possible la transmutation de la souffrance en lumière (Les échos du silence- Sylvie Gemain).

     "C’est entre tes mains qu’est la réponse au problème du mal"

    Lors d'une soirée-sophia (Institut Sophia Bruxelles) du 24 mars de l'an dernier, le Père Pottier a invité à réfléchir l'assemblée présente au problème du mal à partir de l'histoire de David dans le deuxième livre de Samuel. À écouter absolument  -> ICI

    Ce dimanche nous rappelle que, comme à la Samaritaine, Jésus demande à boire de l'eau de nos fontaines, salée par nos larmes...

    Comme celles de Marie de Béthanie, amères, tout un mélange de chagrin, de refus et de reproches.

    Comme celles de Marie de Magdala, chaudes de repentir, qui tombent humblement à ses pieds.

    Comme celles de sa maman Marie, déversées au pied de sa Croix, douloureuses d'impuissance, mais joyeuses d'une acceptation chargée d'espérance.

    Comme les siennes (de Jésus), larmes d'Amour couleur rouge-Passion, épanchement d'un coeur de chair ensanglanté qui se donne tout à Dieu pour notre Salut.

    Comme celles des chercheurs de Dieu qui traversent le Jardin des Oliviers, passent par le Calvaire, pour arroser les fleurs du Paradis...

    « Bienheureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés » (Mt 5,5). Lorsque nos larmes expriment la découverte de Dieu dans notre chair, elles deviennent prières muettes qui conduisent à Dieu tous ceux pour qui, ou avec qui, nous pleurons. La consolation est la Béatitude, joie spirituelle, réponse de Dieu bien présent en nous, en tous.

    1758987278.jpg
    podcast
    Béatitudes- Pajeker

    " Heureux". De nos pauvretés, de nos larmes, de nos efforts de vivre dans la justice, de garder un cœur pur face à l’immoralité, de notre volonté de pardonner, de faire la paix malgré les humiliations subies en raison de notre appartenance au Christ ? Des catastrophes dévastatrices, aux conséquences humaines dramatiques? Non, mais heureux de découvrir que le bonheur se trouve au cœur même de ces situations d’échec apparent, dès lors que nous décidons de les vivre à la lumière de l’Évangile. Aujourd'hui comme autrefois, les croyants souffrent de vivre à contre-courant des tendances du monde. Dans l'adversité, ils trouvent la force et la joie dans leur Foi. Ils croient le Christ, qui a les paroles de la Vie...

    L’homme connaît le monde non point par ce qu’il y dérobe mais par ce qu’il y ajoute.
    Paul Claudel
  • BONNE NUIT!

     

    nuit,dormir,changement


    podcast

    Cette nuit, soit on dormira 1 heure en moins, ou on s'éveillera une heure plus tard...

    Quoi qu'il en soit,

    Bonne nuit Rigolant

  • DISPONIBILITÉ

     

    Chaque mois, une parole de Vie est proposée aux Focolari, qui la méditent et tâchent de l'appliquer dans leur vie. En Mars, mois de l'Annonciation, qui se fête aujourd'hui, nous sommes unis par le "Oui" de Marie...

    "Je suis la servante du Seigneur. Que tout se passe pour moi comme tu me l’as dit. " (Lc 1, 38)

    Pour écouter les commentaires de la parole de Vie, cliquer sur la photo ->

    Annonciation

    Fra Angelico-1433


    podcast
    Hymne acathiste à la Mère de Dieu (André Gouzes)

    La prière est un moyen de s'encourager à rejoindre Marie dans son Oui.

    Un Oui qui dépasse le bout des lèvres, tout intérieur, celui de l'hospitalité du cœur.

    Un Oui inspiré.

    Un Oui qui engage.

    Un Oui qui déménage.

    Un Oui qui se partage.

    Un Oui qui se propage.

    Un Oui qui sauve de l'esclavage.

    Un Oui qui est disponibilité à se laisser transformer par la grâce de Jésus en qui Dieu se fait tout à tous...


  • L'EAU EST UN DON

    «Loué sois-tu, Seigneur, pour notre Soeur l’Eau, qui est très utile et très humble, précieuse et chaste» (Cantique des créatures, St François d’Assise).

    L’eau rafraîchit, purifie, renouvelle. Il suffit de parler de piscine, fontaine, bain, pour évoquer détente, apaisement, propreté. Il n’est pas surprenant que les gens choisissent la proximité de l’eau pour les vacances, afin de se reposer et de se renouveler. De manière plus pragmatique, sa présence assure la vie et la croissance. Son absence est présage de mort et de décomposition. Elle est un élément indispensable, non seulement pour la croissance des récoltes et l’élevage des animaux, mais aussi pour la survie même des gens. Pourtant, par manque d'eau courante et par contamination des puits, des gens, et ils sont nombreux!, sont assoifés dans certaines zones du monde, tandis que, ailleurs, les riches utilisent l'eau potable pour des besoins domestiques ou industriels ne nécessitant pas forcément une eau pure.

    La principale difficulté n'est pas la rareté de l'eau, mais sa distribution et les ressources qu'elle engendre. C'est pourquoi, depuis 1992, la date 22 mars est proclamée Journée mondiale de l’Eau...

    Journee-mondiale-de-l-eau-Soiree-Thema-le-16-mars-sur-Arte_image_article_paysage_new.jpg

      Les liens entre la politique de l’eau et l’éthique émergent partout dans le monde. Les réflexes citoyens impliquent le respect du bien commun et une éthique de solidarité avec les moins favorisés.


    podcast
    Il voulait de l'eau (P. Obispo)

    L'Église n'est pas en reste pour se prononcer à ce sujet. Par exemple à travers l'action "Eau Secours" de ce 22 mars    

    En 1991 déjà, l'Encyclique Centesimus Annus rappelait que le capital et le profit doivent tenir compte de l'Homme et des ressources de la terre: « L’Eau, de par sa nature même, ne peut être traitée comme une simple commodité parmi d’autres. La doctrine sociale de l’Eglise a toujours mis l’accent sur la défense et la préservation de certains biens, tels que l’environnement naturel et humain, qui ne peuvent être sauvegardés simplement par les forces du marché, puisqu’ils touchent des besoins fondamentaux qui échappent à la logique du marché ».

    La pluie tombe sur tous, riches et pauvres. La création est un don qui nous est confié. L’eau n’appartient à personne en particulier, mais elle est donnée librement pour le bien de tous...




     

  • TENTATIONS


    Le récit de la scène au jardin d'Eden (Gn  2,7-9.3,1-7) symbolise le problème éternel de l'humanité..

    L'homme, créé libre par pur amour, est nanti de tous pouvoirs sur la création. Dieu donne la règle pour rester en communion avec Lui. Elle consiste à manger le fruit des arbres du jardin, y compris celui de la vie, avec pour seule restriction l'arbre de la connaissance. En fait, c'est une question de confiance qui est posée à l'homme, à qui il est donné la vie éternelle "dans le repos de Dieu". Malheureusement, il succombe (il chute) au péché d'orgueil! Suivant les conseils du Serpent, le Tentateur, il se pose comme référent du bien et du mal. Il veut être au moins l'égal de Dieu, si pas son supérieur!

    846063771_small_1.jpg

    Dans le passage de la Tentation au désert (Mt, 4:1-11), Jésus déjoue trois pièges: l'avoir, le savoir, le pouvoir...

    Ils nous sont également tendus, et nous tombons dedans sans difficulté. La tentation n'est pas un péché, mais elle peut le devenir dans le consentement, lorsqu'elle entre dans la catégorie des "mauvaises "tentations, celles qui font dévier de ce que l'humain est profondément. Dépasser les tentations "à risque" est parfois un exercice bien difficile. Choisir les biens matériels comme s'ils contenaient le bonheur, choisir le pouvoir comme une forme d'épanouissement de soi, se choisir comme absolu... Où est le mal, si on écoute ces tentations-là, puisque chacun est libre de ses actes? Pour se donner bonne conscience, on reformule d'ailleurs une morale "à la sauce qui convient". Où est donc le problème? Il est dans la souffrance. Dès que le venin fatal du doute de Dieu est inoculé en nous, et que l'on n'agit plus selon son Esprit, on expérimente le mal à l'âme, une brisure qui peut mener à la mort spirituelle. La relation de confiance avec Dieu est rompue, non par sa décision, mais parce que, concluant à sa place, (on méconnaît sa miséricorde!), on s'auto-sanctionne, on s'éloigne et on se détache de Lui. Puis, on veut refaire le monde, chacun avec sa bonne conscience, ses règles et ses lois, dans un méli-mélo que l'on connaît, mais dont on ne sort pas.

    Pourtant, Dieu croit en nous plus que nous ne croyons en Lui! Immuable, Il continue à inviter chacun personnellement: "Sors de ton pays, de ta famille, et de la maison de ton père, vers le pays que Je te ferai voir".

     "Je veux courir le monde" ->

    Cliquer ci-dessous pour écouter

    tentation,désert,spiritualité,doute,confiance,relation,choix,mal,mort,vie

     Musique de NDweb 

    Bonne marche en Carême, le temps de choisir de quel arbre on veut manger du fruit...

    « Apparais-moi, Seigneur, car tout est dur lorsque l'on perd le goût de Dieu » (Citadelle-St-exupéry)...

  • TRUCS & ASTUCES

    Rien de tel que des trucs tout simples pour se faciliter la vie dans des situations qui pourraient devenir compliquées. Voici de quoi rafraîchir la mémoire de ceux qui les oublient facilement...

    cooltext191788230hd.jpg

     

    imagesCAKF2KBU.jpg

     

    Les fourmis détestent les concombres. En conserver la peau pour la placer où se tiennent les fourmis.

    Pour obtenir de la glace pure et claire : faire bouillir l'eau avant la congélation.

    Pour faire briller le miroir : utilisez du White Spirit.

    Pour enlever la gomme à mâcher des vêtements : garder le tissu dans le congélateur pendant une heure.

    Pour conserver le blanc des vêtements blancs : faire tremper les vêtements blancs dans l'eau chaude avec une tranche de citron pendant 10 minutes.

    Pour donner une brillance aux cheveux : ajouter une cuillère à café de vinaigre sur les cheveux, puis laver les cheveux.

    Pour obtenir un maximum de jus de citron : faire tremper dans l'eau chaude pendant une heure, puis commencer à presser.

    Pour éviter l'odeur de chou pendant la cuisson : garder un morceau de pain sur le chou dans la marmite pendant la cuisson.

    Pour éviter les larmes en coupant des oignons : mâcher un chewing-gum.

    Pour cuire les pommes de terre rapidement : peler les pommes de terre sur un seul côté.

    Pour enlever l'encre sur les vêtements : mettre généreusement du dentifrice sur les taches d'encre et laisser sécher complètement, puis laver.

    Pour se débarrasser des souris ou des rats : saupoudrer de poivre noir les lieux qu'ils visitent. Ils s'enfuiront !

     

    zm6a8bpi.gif 

    Il paraît qu'un proverbe chinois demande que l'on partage ce que l'on apprend. Volià qui est fait ...

     

     

  • RELÂCHE

     

    Guy et moi sommes rentrés mercredi soir de Dinan, où nous avons passé cinq jours sans nuage, au propre comme au figuré. Cette fois, nous étions en compagnie de Fb, ma plus jeune soeur, et de Fs, notre beau-frère...

    Encore partie!, diront certains. Ben oui. Ça s'est décidé au Nouvel An, suite à la demande de ma soeur (et filleule), qui souhaitait que nous allions ensemble dans la ville natale de notre grand-mère maternelle. Puisque Fb travaille dans le secteur enseignement, un séjour pendant les congés scolaires s'imposait, et nous avons choisi la semaine du Carnaval. La destination ne pouvait tomber plus à pic pour Guy, décidément très amoureux de la Bretagne, et la période a été propice, puisque nous avons bénéficié d'un temps superbe. Concernant l'emploi du temps, nous avons spontanément fonctionné tous les quatre dans la même logique, aussi bien pour les repas que pour les découvertes. Pas la moindre difficulté à nous accorder. Aucune ombre au tableau, c'est ce qui a décidé chaque couple à déjà réserver quelques nuits à l'hôtel (devenu"notre hôtel") à l'occasion de la prochaine fête des Remparts, fin juillet 2012...

    Saint-samson S/Rance, Saint Briac, Dôle de Bretagne, Cancale, La pointe du Grouin, Saint Léhon...Un clic sur la photo vous donnera un aperçu des lieux que nous avons plus particulièrement visités : ->

    IMG_7084.JPG

    C'est dans ce décor que je suis entrée dans mon désert intérieur pour me préparer au Carême. Nous avons surtout fait des balades à travers la nature. Elles m'ont permis de sentir combien est impérieux mon besoin d’harmonie, avec moi, avec Dieu, avec les gens, et avec tout ce qui m'entoure. Une soif d'unité qui est comme attente d'une force qui va me tirer et me diriger vers mon achèvement. Une soif qui m'incite à chercher le regard qui convient pour reconnaître Celui qui me surprend le plus dans ma vie quotidienne. Dieu, qui a besoin que je sois son ambassadeur, que je témoigne de sa présence réelle dans le monde.  

    "Je suis venu jeter un feu sur la terre, et comme je voudrais que déjà il fût allumé ! (Lc 12,49).

    Même si la planète se réchauffe, il est sûr que l'humanité a souvent froid, et attend les témoins de la chaude tendresse de Dieu...

     

     

     

     

  • DES CENDRES À LA VIE

    Le temps du Carême a commencé mercredi par l’imposition des cendres. Il culminera le Samedi Saint, dans la nuit de Pâques, mais s'achèvera avec le feu de la Pentecôte...

     De la cendre au feu. Habituellement, c'est l'inverse. Mais Dieu a l'habitue de faire tout à l'envers de nous. À moins que ça soit nous qui fassions tout en sens contraire? Parce que nous comprenons souvent de travers, même ce que nous pensons bien mâtriser...


    podcast

    De cendres et de terre. Calogero

    Le temps fuit pour nous. Il est Éternité pour Dieu, qui ne s'effraye pas si nous rencontrons des difficultés à le suivre. Il nous appelle juste à la conversion, sans se lasser. Elle passe par la prière. Le Carême est une période propice pour s'y attarder, afin de retrouver l'espérance, celle de croire que la vie renaîtra plus forte qu'avant, impérissable, avec l'aide de Dieu. Les cendres de notre humanité que nous lui offrons reprennent vie en passant par le feu de son Amour...

    Ascension_GustaveBUCHET2.jpg

    Voici un beau texte qui m'a été envoyé. Il a été lu le Mercredi des Cendres lors de la messe des jeunes de l'UCL à St Luc. Je vous le partage à mon tour:

    L'itinéraire de tout homme...

    Il faut prendre soin de notre marche,

    Ne pas l'encombrer de nos idées toutes faites,

    mais la remplir de grand air et de confiance,

    de solitude et de silence,

    de liberté,

    pour laisser résonner les pas de Dieu en nous et vivre la rencontre...

    Pour entendre chanter la source au fond de nous -même...

    Elle murmure l'amour, la solidarité, le pardon, elle nous dit le nomde celui qui nous accompagne,

    nous attire et nous séduit.

     

    Cette traversée est une aventure:

    Laisser venir à nous Celui qui nous aime!

    Le reconnaître

    Et marcher au rythme de son pas!

    Ce n'est pas une petite histoire,

    C'est notre histoire sainte.

     

    La parole et le pain: traces de ses pas sur nos chemins...

    C'est avec un vivant que nous marchons...

    Il nous donne rendez-vous dans la Galillée de nos vies...

    C'est là, et pas ailleurs, qu'il nous attend:

    Ni dans les tombeaux, ni dans le passé, ni dans le futur,

    Mais dans l'aujourd'hui...

     

    Des cendres à la Vie, chemin de tous les dangers,

    Chemin du bonheur!

     

  • L'ALLÉE DU ROI

    En fin d'année dernière, j'avais eu l'occasion d'admirer l'excellente prestation de Jacqueline Bir dans la pièce "Sarah". Hier, c'est dans "L'allée du Roi" que j'ai eu le plaisir de la retrouver...

    Un moment sublime que je n'aurais pas voulu rater, d'autant qu'il semblerait que la comédienne envisage (à 77 ans, ce serait compréhensible) sa fin de carrière pour bientôt. Une grande dame, seule en scène, interprète le rôle d'une autre grande dame, (Françoise d'Aubigné, veuve Scarron, Marquise de Maintenon), mais emprunte occasionnellement la voix d'autres personnages, au cours d'une performance à couper le souffle. Aucune défaillance de mémoire, un ton vivant, un jeu de scène irréprochable. Un pur régal! Du spectacle d'exception, une prestation brillante qui aurait à la fois ravi le Roi Soleil et lui aurait fait de l'ombre. De l'art au sommet...

     

    Cliquer sur la photo->

    alleeduroi3.jpg