• D'UN PONT À L'AUTRE

    La Pentecôte est appréciée par la plupart des gens, qui l'associent à un "pont" au cours duquel on prévoit des activités, de la détente. Les Chrétiens ne dédaignent pas cet avantage, mais ils ont d'abord une autre interprétation de cette fête...

    La Pentecôte est à la fois un achèvement, celui du temps pascal, et un début, la naissance de l'Église.
    "Quand arriva la Pentecôte (le cinquantième jour après Pâques), ils (les apôtres) se trouvaient réunis tous ensemble.
    Soudain (...).  Ils furent tous emplis de l'Esprit-Saint et se miernt à parler d'autres langues" (... ) (Ac Ap2:1-13)

     

    PentecoteStavronikita
    Icône de la Pentecôte du monastère de Stavronikita, au Mont Athos, en Grèce. Cette icône date duXVIIe s.

    Si l’Esprit de Pentecôte s’exprime par le miracle des langues, c'est en réponse au drame de Babel, dont l'histoire a été faussée par la confusion des langues, suite au refus de communiquer avec l’autre. Les hommes ont cherché à se relier à Dieu par un projet unitaire qui était en réalité un système de pensée unique excluant ceux qui n'étaient pas semblables. Dieu est jaloux de son pouvoir, et refuse cete attitude d'orgueil. Il a demandé la construction de ponts entre les hommes sur la terre, pas vers le Ciel. C'est lui qui envoie son Esprit du Ciel pour nous unir à lui par son Amour, langage simple, mais pas simpliste, loin de là.

    autre-20colombe-20s-envole

    Jésus a promis de ne pas nous laisser seuls. Il reviendra! Mais Dieu ne se révèle pas avant que nous ayons d’abord eu l’expérience du Christ ressuscité, après avoir traversé les jours de la Passion. Cinquante jours de Dieu ne se mesurent pas à la manière humaine. Ce temps ne dépend pas de la volonté divine, mais de notre lenteur à nous rendre capables de recevoir l'Esprit-Saint et à entrer dans la dynamique de l'histoire du salut. Bref, les semaines comprises entre Pâques et Pentecôte offrent un temps pour mûrir spirituellement. Elles préparent à accueillir le retour du Christ. Mais nous ignorons la durée réelle de l'attente.

    Une voie nouvelle s’est ouverte devant les disciples. Mais ils s’y étaient préparés! Comme eux, nous ne pouvons pas entrer dans la Pentecôte à l’improviste. Celui qui surprend, c'est l'Esprit-Saint. Ce qui me frappe, c'est la soudaineté, la brusquerie, la radicalité, de sa manifestation. D'un coup de vent, il vient faire exploser les cloisons des tours de Babel modernes que nous fabriquons. Il force les verrous de nos peurs, ouvre larges les portes et fenêtres de nos prisons intérieures, que nous appelons "tours d'ivoire". Nous sommes "condamnés" à sortir hors les murs pour la rencontre avec "l'autre", et entrer en dialogue avec lui!

    Nous ne pouvons plus nous satisfaire d’une foi au rabais, d’un ersatz de doctrine, d’une religion où l’homme détrône Dieu pour se glorifier lui-même. Dieu n'appartient à personne, ni à aucune organisation. C'est nous qui lui appartenons. C'est lui qui nous choisit, en sondant notre coeur, et en nous envoyant de par le monde.

    Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité tout entière.(Jn 16, 13)

    Et nos coeurs chantent...

      -> VENI CREATOR SPIRITUS

    Devant l'évidence de notre impuissance, nous nous interrogeons sur la manière de témoigner de notre foi au cœur de l'humanité. Heureusement, tout ne dépend pas de nous! Pour laisser Dieu être Dieu au cœur de notre vie et de celle du monde, il suffit de nous laisser "pousser" par l’Esprit comme Jésus aux jours de sa vie terrestre.

    Par sa pésence libératrice, l'Esprit-Saint transforme la confusion des langues en Communion des coeurs. C'est lui qui rétablit le pont de l'authentique liaison entre la Terre et le Ciel...

     


  • LE BANDEAU DE LA PEUR

    Napoléon et le marchand de fourrures

    blog-portrait-bonaparte-par-lefebvre


      Pendant l'invasion de la Russie, Napoléon et ses troupes combattaient dans une petite ville isolée par l'interminable hiver de la plaine de Russie. Se retrouvant accidentellement séparé de ses soldats, Napoléon fut reconnu par un groupe de soldats cosaques qui se précipitèrent pour le faire prisonnier. Courant, à bout de souffle, Napoléon entra dans la boutique d'un marchand de fourrures en suppliant : "Sauvez-moi, sauvez-moi, où puis-je me cacher?"

        "Vite", dit le marchand, "venez sous ce tas de fourrures dans le coin ». Et il recouvrit Napoléon de plusieurs épaisseurs de peaux."

         Les soldats russes firent irruption dans le magasin en exigeant : "Remettez-le nous, nous l'avons vu entrer ici". Le marchand eut beau protester, son magasin fut pillé, des soldats enfoncèrent leurs épées dans le tas de fourrures. Ne trouvant Napoléon nulle part, ils abandonnèrent leurs fouilles.

         Après quelque temps Napoléon osa s'extirper de dessous les fourrures, juste au moment où ses gardes arrivaient. S'adressant à Napoléon le marchand demanda avec beaucoup de révérence comment il s'était senti sous les fourrures, sachant qu'à tout moment il pouvait être trouvé ou transpercé. Napoléon prit son air hautain et indigné et dit : "Comment pouvez-vous me poser une telle question, à moi, l'empereur! Gardes, emparez-vous de cet homme, sortez-le dehors pour l'exécuter, je donnerai moi-même le commandement ". Le pauvre marchand fut traîné à l'extérieur pieds et mains liés, on l'adossa au mur et un soldat lui mit un bandeau sur les yeux. Il ne voyait rien mais il entendait le mouvement des soldats, le bruit des fusils qu'on prépare. Le vent dérangeait ses vêtements et glaçait son corps. Ses jambes tremblaient de façon incontrôlable. Il entendit Napoléon crier : "Prêts ... en joue". À ce moment, conscient qu'il n'en avait plus que pour quelques secondes, il fut envahi d'une sensation jusque-là inconnue et les larmes coulaient de ses yeux, intarissables.

         Le silence se prolongeait ... le marchand entendit des pas qui s'approchaient, quelqu'un retira le bandeau. Ouvrant les yeux il rencontra ceux de Napoléon qui lui dit doucement : "Maintenant vous savez". (Steve Andrea).

    Faire une expérience de rencontre du Christ ressuscité c'est Ce fut le cas de Paul quand il fut renversé par l'éclatante lumière du Christ ressuscité qu'il rencontra sur le chemin de Damas.

    1348049546


    Dieu entre parfois ainsi dans ma vie. C'est en vivant des expériences jusqu'à la limite du supportable que j'ai pris conscience de la présence du Christ ressuscité, avec qui j'avais une rencontre personnelle. C'est lui qui fait tomber le bandeau de mes peurs, me relève, et transfigure mon coeur.

    Relevez-vous, soyez sans crainte

    (Matthieu 17, 7)...


  • MÉMOIRE ET IN-FINI

    Qui ne s’est jamais demandé, même s’il se sent très "bien dans ses baskets", ce que serait sa vie, si …? ...

    ...Si on avait fait d’autres rencontres, si on ne s’était pas laissé influencer par ses parents dans le choix de ses études, si on avait mis un peu plus de conviction et d’énergie à la réalisation de ses rêves, si on s’extirpait du moule dans lequel on est entré, si c'était encore comme avant…


    new_ones4_recoupee_pour_site-2

    La sacro-sainte liberté nous attire tous, et pourtant, je suis frappée de voir combien de personnes s'enfoncent délibérément dans des contraintes. Elles aspirent à une existence plus libre tout en s'enfermant de plus en plus dans les obligations qui entravent leur disponibilité et, dans le même temps, se lamentent de ne pas pouvoir se distraire, flâner, voyager...

    Certaines représentations répondent à un stéréotype d'attitudes acquises et immuables, inspirées par du déjà vu, entendu, vécu, qui justifient que tout doit se répéter. Nombreux sont ceux qui fonctionnent dans une sorte de dictature morale déterminée par un passé qui leur interdit de se faire plaisir. Comme s'ils étaient "possédés" par une "mémoire pathologique" à pouvoir conserver, à tout mémoriser, et à lester le temps présent de ce qui n’est plus.

    Il est impossible d’ignorer les faits d'hier, et encore moins de les effacer, je suis bien d'accord. Pourtant, s'ils sont indéniables, le regard sur eux ne devrait plus être le même. C’est lui qui crée aujourd'hui les représentations du passé. 

    Image - Passe Present Futur

    "Avant", "après", "actuellement"... Il n'y a que le présent qui soit réel. Et encore: tel qu’il est perçu! Il est le passage obligé du passé vers l’avenir. On peut faire le poirier, mettre la charrue avant les boeufs, tout inverser, sauf le temps, quand bien même on évoluerait à contre-temps!

    "Le voyageur revient à son point de départ, mais il a vieilli entre-temps ! ( Jankélévitch- L’irréversible et la nostalgie).

    Il ne s'agit pas forcément d'être "Carpe Diem", profitant du moment présent en faisant n’importe quoi ! Vivre au présent, cela signifie pour moi me rendre disponible pour la rencontre avec Celui qui donne un sens à ma vie, mettre tous mes fardeaux (aussi bien ceux qui sont liés au passé que ceux qui sont liés au futur) au pied de la Croix et m'en remettre à chaque instant à la volonté de Dieu...

    Un certain oubli, loin d’être une défaillance mémorielle, me paraît comme la condition d’une véritable mémoire, travaillée, habitée, pensée.

    L'intérêt de "faire mémoire de..." est la transmission non pas d’un "tout fini" qui me rattache au passé, aliène mon aujourd'hui et compromet les lendemains, mais d’une dette qui m'engage dans l’a-venir, vers l'"in-fini".

    Comme tout le monde, il m'arrive de ne pas apprécier mon actualité, et d'avoir besoin de me réfugier dans un espace respirable de rêve conscient, pour décider posément comment réagir. Là, je convoque le passé et le futur, et je dépose "ce qui est", qui va affronter "ce qui pourrait être". Là, j'offre à la "vraie vie" un lieu où se loger pour se rhabiller d'espérance, le temps d'ordonner chagrins, désirs, nosatlgie, réalités, et de redémarrer sur les rails de maintenant.

    "Entre le passé où sont nos souvenirs et l'avenir où sont nos espérances, il y a le présent où sont nos devoirs." Saint Exupéry

    Vivre dans le présent demande le courage d'accepter la "réalité rugueuse" à vivre là où l'on est présentement, et le "dur devoir" de se donner le moyen d'être heureux... 

     


  • PARTIR

    PARTIR

    (Par Don Helder Camara)

     

    Partir est avant tout sortir de soi. Briser la croûte d’égoïsme qui essaie de nous emprisonner dans notre propre "moi".

    737219625_small

    Partir, c’est cesser de tourner autour de soi-même, comme si on était le centre du monde et de la vie. Partir, c’est ne pas se laisser enfermer dans le cercle des problèmes du petit monde auquel nous appartenons : quelle que soit son importance, l’humanité est plus grande et c’est elle que nous devons servir. Partir ce n’est pas dévorer des kilomètres, traverser des mers, ou atteindre des vitesses supersoniques. C’est avant tout s’ouvrir aux autres, les découvrir, aller à leur rencontre.

    S’ouvrir aux idées, y compris à celles qui sont contraires aux nôtres, c’est avoir le souffle d’un bon marcheur. Heureux qui comprend et vit cette pensée : "Si tu n’es pas d’accord avec moi, tu m’enrichis".

    Il est possible de cheminer seul. Mais le bon voyageur sait que le grand voyage est celui de la vie, et qu’il suppose des compagnons.

    avancer-ensemble

    Le compagnon, c’est celui qui mange le même pain. Heureux qui se sent éternellement en voyage et qui voit dans tout prochain un compagnon désiré...

    Le bon voyageur se préoccupe de ses compagnons découragés. Il devine le moment où ils en viennent à désespérer. Il les prend surtout avec amour, il leur fait reprendre courage et retrouver goût au voyage.

    Avancer pour avancer, ce n’est pas voyager. Voyager, c’est aller à la recherche d’un but ; c’est prévoir une arrivée, un débarquement.

    Mais il y a voyage et voyage. Pour les vrais voyageurs, partir signifie se mettre en mou-vement, et aider beaucoup d’autres à se mettre en mou-vement, pour construire un monde juste et plus humain.

  • SOURIRE ÉTEINT

    Vendredi dernier, je suis allée voir "Soeur Sourire" avec une amie...

    cover

    L'histoire tragique de Jeannine Deckers (1933-1985) est adaptée au cinéma par Stijn Coninx. Comme il l'a fait précédemment avec Daens, il évoque les autorités religieuses de manière assez caricaturale, prenant beaucup de liberté avec la vérité historique. Certes, la rigueur était bien présente à cette époque dans les couvents, comme elle l'était aussi dans les institutions laïques, n'en déplaise aux détracteurs de l'Église.

    Jeannine entre chez les Dominicaines de Franchimont à Waterloo en 1959, où elle devient soeur Luc-Gabriel. Elle espère y trouver l'amour qu'elle recherche, tout en évitant celui vers lequel elle se sent confusémant attirée, et aussi pour échapper à l'autorité maternelle. Mais elle y trouve à nouveau un enfermement, une privation de ses envies de liberté qu'elle va réussir à briser par la musique.

    Continuant à gratter la guitare amenée au couvent, elle compose des chansons. Entre autres DOMINIQUE, que sa hiérarchie consent à faire éditer, sous la condition que ni son nom, ni son image n'apparaissent sur les pochettes, ce qui lui vaut le pseudo de soeur Sourire.

    En 1963, la chanson Dominique obtient un tel succès mondial (2millions d'albums vendus!) qu'elle dépasse les tubes des Beatles et d'Elvis. 

    1788


    imagesRévolution sociale, révolution intérieure, elle quitte le couvent et s'installe avec Anne, son ancienne amie avec laquelle elle a conservé le contact. Amour tourmenté, retournement de situation dans la chanson, échec dans un projet d'institution pour enfants, et le fisc qui la rattrape! Rien ne va plus pour Jeannine! Abandonnée de tous, sauf par sa compagne, c'est la pente douce vers la descente aux enfers! Elle sombre dans l'alcool, se drogue aux médicaments, et finit par se suicider avec Anne en 1985.

    180px-Belgique_02.2009_Soeur_Sourire_(4)

    « Dominique-nique-nique s'en allait tout simplement,
    Routier pauvre et chantant.
    En tous chemins, en tous lieux, il ne parl'que du Bon Dieu,
    Il ne parl'que du Bon Dieu. »

    Les paradis artificiels ne lui ont pas réussi. Pauvre, dés-en-chantant, elle n'a pas trouvé d'autre chemin que la mort, s'en allant rejoindre le Bon Dieu au Paradis auquel elle ne croyait plus sur terre. Tout simplement!

    Le film se termine sur l'image de volets qui se baissent. Ils évoquent pour moi des paupières qui se ferment à jamais sur des réalités devenues insupportables à regarder en face, sur une vie gâchée, sur un idéal qui n'a pas pu se stabiliser, sur les yeux las de celle qui a tant pleuré et restera toujours Soeur Sourire dans ma mémoire. Une femme touchante, fragile, pleine de doutes et d'enthousiasme, en quête de l'amour, la quête universelle par laquelle nous sommes tous semblables...

    Dans ce film franco-belge que j'ai apprécié dans l'ensemble, tout en mettant des réserves sur certains détails ou en notant des manques, c'est la pétillante Cécile de France qui interprète remarquablement le rôle de cette femme pas banale. Il paraît que, très engagée sur ce long-métrage, l'actrice a également participé à l'écriture. -> ICI.

    Les scènes se passent dans le décor des années sixsties, avec un souci du détail qui répercute la résonnance d'une époque: l’esthétique des voitures, les coiffures, les costumes et même la typographie. J'y ai retrouvé l’atmosphère de ces années-là: le désir d’une jeunesse qui aspire à la liberté et qui veut faire sauter les verrous d’une société rigide et conservatrice. Une jeunesse qui dose difficilement ses ardeurs et reste parfois déboussolée toute sa vie. Mais ça, c'est une autre histoire...

  • 400 COUPS

    Dimanche, mon mari était aux 400 coups à l'idée de me suivre...

    Faire cavalière seule n'est pas forcément ma préférence, et il me semble indispensable que nous partagions un minimum d'activités. Je lui avais donc demandé d'accepter l'invitation de Serge (L'optimiste) et son épouse, à qui je promettais de rendre visite depuis un an.

    L'appréhension de Guy n'était surtout pas dirigée envers les personnes que nous allions retrouver, mais suscitée par un a priori négatif pour une ville qu'il avait vue, entrevue devrais-je dire, en... 1981, époque où une de mes soeurs y était étudiante à l'IHECS (où Ephrem a été son prof et directeur)!

    Quelle est cette "maudite"? Si je dis "quatre sans coups", vous devinez? Si j'ajoute "les cinq clochers" (dont quatre sans cloches), tout le monde trouve.  Tournai, évidemment!

    23663

    Nous avons été très touchés par l'accueil spontané et chaleureux de nos hôtes, que j'avais déjà eu l'occasion de rencontrer. Mais Serge ne se limite pas à l'optimisme! En amoureux de sa cité natale, ceci n'est plus un secret pour les lecteurs de son blog, il s'est révélé être un guide passionnant. Tellement irrésistible, que je suis rentrée à la maison en compagnie d'un époux ravi, sous l'action d'un coup... de foudre Rigolant cette fois, prêt à louer les beautés de celle qu'il assassinait verbalement jusqu'à ce 24 mai, date à marquer d'une croix dans le calendrier.

    Nos fils ne seront pas très surpris par ce revirement. Ils avaient prédit à leur papa que, selon son habitude, il râlait avant de partir, et reviendrait enchanté.

    Dans un mesage envoyé hier matin, Serge exprimait :"(...) Comme dans tout bon menu, considérons que cette visite fut une mise en bouche que Guy semble avoir appréciée (...)".

    En bref, voici ce que nous avons vu, (pour les détails je vous renvoie directement au blog de l'Optimiste): Après avoir assisté à la messe de 10h à la Cathédrale Notre-Dame, nous en avons fait la visite. Classée dans le patrimoine mondial de l'UNESCO, elle est en pleine restauration, et un détour par le site en vaut la peine -> ICI 

    Le temps passe vite, et c'était déjà l'heure du dîner. Serge et Ch. nous ont emmenés pour une pause ourmande dans un lieu typique, une ancienne brasserie réaménagée et tenue par des jeunes, de qui nous avons apprécié les talents culinaires.

    Après un bon repas, rien de tel qu'une promenade digestive. Je cite notre parcours dans le désordre: la Grand place; le Beffroy; la Halle aux draps; l'église St Quentin; l'église St jacques; l'Hôtel de ville; le fort "dit rouge"; l'ancien béguinage; non loin de l'église St Brice, l'habitation sous laquelle fut découverte la tombe de Childeric, père de Clovis; les anciens bâtiments Casterman; puis la maison natale et l'école primaire de notre guide. Et j'en passe...

    En fin de parcours, nous sommes allés saluer Martine, celle du dessinateur Marlier, qui a enchanté et enchante encore, de nombreux petits lecteurs. 

    23683

    Avec son art de rapporter la petite histoire dans l'Histoire, Serge est parvenu à éveiller la curiosité de mon "chou". Je gage que la prochaine fois, il ne se fera plus prier pour m'accompagner dans une des plus vieilles villes belges, le berceau de la France, se plaisent à clamer les Tournaisiens.

    Merci pour tout, Serge et Ch, et à bientôt! La prochaine rencontre, ce sera à notre tour de vous faire parcourir les abords de Namur et quelques lieux paradisiaques de notre belle vallée mosane...

  • DÉSTOCKAGE

    En plus d'un concert dans le cadre de l'inauguration du nouvel orgue, le Séminaire de Namur organise une vente de livres d'occasion le dimanche 31 mai...

    Bibliothèque du Séminaire et Studium Notre-Dame

    Grande Brocante - Foire aux livres d’occasion
    Dimanche 31 mai 2009 de 14h à 19h00
    Entrée libre : des milliers d’ouvrages à des prix dérisoires

    IMG_5262

    Achetez nos livres doubles sur le site :
    http://bibliotheque.seminairedenamur.be

    Rue du Séminaire, 11b
    B-5000 Namur
    Tél. : 081 25 64 72
    Mail : bibliotheque (at) seminairedenamur.be

    Vous ne serez pas déçus en venant y jeter un oeil, mais aussi tendre une oreille à lécoute de :

    Rudi JACQUES, organiste et facteur d'orgues

    Radovan HASIK, séminariste,
    licencié en musique sacrée et orgue
    (Vienne)

    Entrée libre (sans réservation)

    orgue.namur1

    Il est intéressant de savoir que le nouvel instrument est un modèle unique d'orgue baroque dans le grand Namur, où ses prédécesseurs ont été réaménagés pour une musique plus contemporaine entre la fin du IXX ème siécle et 1960.

    Quelques infos complémentaires, trouvées sur un site intéressant: http://miagep5.free.fr/main.php?mode=surprise


    orgue.namur2
    Astucieusement, l'ancien buffet Link (à droite) a été réutilisé pour loger (à l'aise)
    la soubasse 16' et la Montre 8' de Pédale.

     Deux claviers et pédalier, 14 jeux
    Mécanique suspendue
    Tuyauterie à l'ancienne
    Buffet en bois massif, sculpté et orné

    Grand Orgue :
    Montre 8' - Flûte à cheminée 8' - Octave 4' - Nazard
    Doublette - Tierce - Plein jeu IV

    Positif :
    Bourdon 8' - Gambe 8' - Flûte 4' - Octave 2' - Quinte 1'1/3

    Pédale :
    Soubasse 16' - Principal 8'

     

    Il ne vous reste plus qu'à venir vérifier sur place. On vous attend...

  • DEMANDER

    De l'Évangile d'hier (Jn 16,23-28), je retiens surtout : "Demandez, et vous recevrez : ainsi vous serez comblés de joie" et dans celui de ce dimanche (Mc 16, 15-20) :"Que tous soient un".

    Je fais le lien avec  cette prière de Saint François, qui me plaît beaucoup...

     

    www.stfrancoisdassise.on.ca

     

    prier le matin

  • SAUCE-MAISON

     

     

     

    Ce jeudi 21 mai a été doublement un jour de fête à la maison...

    Avec l'Ascension, mais aussi les 40 ans d'un ami, à qui nous réservions une journée un peu spéciale.

    Suite à quelques empêchements, nous n'étions que 12, et une amie qui est venue nous rejoindre en début de soirée. La juste dose pour le héros du jour, qui n'aime pas les grands comités.

     


    23530


    La formule "maison" nous a bien réussi, puisqu'il a fait beau. Les enfants (22 mois et 5 ans) ont pu gambader à loisir, et nous avons pris l'apéro dehors...

    23548

     

    Comme entrée, j'avais préparé un plat printanier: une terrine de chou-fleur et de brocolis qui a éré appréciée par tous.

    23550

    Le plat principal se composait de croquettes -maison, accompagnées de poulet aux poires et au boursin. Sans oublier la mayonnaise (maison également), que mes fils, comme tout belge qui se respecte, associent obligatoirement à toutes les formes de pommes-de-terre frites.

    Le dessert, un gâteau glacé commandé chez "Le glacier de Namur", était non seulement superbe, mais excellent!

     

    23562

     

    C'est le moment choisi pour offrir les cadeaux. Avant le "pour du vrai", il y a ceux "pour du rire", tournant gentiment en dérision de petites choses vécues.

    23588

    ...de fil en aiguille, ça en devient parfois réponse du berger à la bergère Clin d'oeil

    23582

    La décoration varie selon le thème du jour. Jeudi, un petit bonhomme tônait sur la table, entouré de bougies-cailloux. Mignon, sans aucun doute, mais néanmoins étrange pour un adulte de cet âge!

    Pas vraiment, si j'explique la symbolique qui m'a inspirée. Le personnage sympa représentait le Petit Poucet qui sème sur sa route, parfois jusque tard dans la vie. Les cailloux étaient associés à trace, semis, fil, sentier, chemin, pas, trajet...

     

    23526

    Nous sommes tous des chercheurs à des réponses aux questions qui se posent à nous durant toute l'existence. La re-naissance qui nous est promise prend des chemins de traverse et semble sans cesse vouloir se dérober à nous, ce qui explique qu'il y a pour chacun une sorte de nécessité de se perdre régulièrement. Mais la peur de l'inconnu met l'accent sur l'image du caillou. Il y a autant de petits cailloux disséminés dans notre vie que d'événements charnières qui nous placent à des croisements de routes.

    Le marcheur répète son geste de semer derrière lui de multiples fois, pour retrouver le chemin de "la maison". Parfois, il ne lui reste que des miettes de pain à jeter. Elles disparaissent ou durcissent, devenant dures comme pierre. Et après?...

    Que souhaiter à celui qui souffle ses 40 bougies? De trouver la direction à suivre, et ne jamais se décourager quand il tourne en rond, se perd, s'interroge sans percer le mystère de la vie.

    Que lui dire? Que, en lissant ses petits cailloux entre ses mains, plutôt que de les abandonner sur la route, ils finiront par ressembler à des oeufs, là où est le germe de la vie.

    Pour terminer, à l'intention de P., qui aime parler italien: "Che cosa cerco andano, in tondo e encora, in tondo"Clin d'oeil...


     

     

  • CERTITUDE

    bonheur

     


    Il n'existe pas de marchands de bonheur.


    Il n'existe pas de distributeur automatique de bonheur.


    Il n'existe aucune machine à fabriquer le bonheur.

    Il existe des gens qui croient au bonheur.

    Il existe pour tous des moments de bonheur