• ORGANISATION

    Voici revenu le temps de m'atteler aux préparatifs de fin d'année. Les chaleureuses lumières de fête se combinent à une musique joyeuse et me communiquent l'envie de m'activer...

    IMG_2402

    Ils commencent aujourd'hui par la mise en place de la couronne de l'Avent. Vendredi, St Nicolas fera sa joyeuse entrée à la lueur de la première bougie. Ceux qui me lisent depuis le début de ce blog se souviennent peut-être que le grand Patron des enfants, peu importe qu'ils soient petits ou non, pourvu qu'ils soient sages Clin d'oeil, continue à songer aux grands de la maison et à ceux qui y sont associés, avec un mot particulier qui accompagne l'assiette de chacun. C'est ce jour-là que l'on pratique au tirage au sort pour connaître la personne à qui on offrira le cadeau de Noël. Enfin le signal attendu pour démarrer dans une aventure que j'aime: la chasse au trésor, celui qui surprendra et ravira le destinataire de mon cadeau. Qui? Bouche cousue...

    Puisque je serai prochainement en Suisse, pour ne revenir que le 24, il faut que le sapin ait pris place avant mon départ, et que les décorations soient terminées. Pour le 25, qui sera le jour de fête en famille, il me reste à déjà prévoir tout le menu, confectionner et congeler les incontournables croquettes de pomme de terre et les cougnous, et à faire l'achat des denrées pour le repas...

    La vie ne s'arrête pas à ces préparatifs. Entretemps, la "routine" continue, à son rythme bien soutenu!

    Toute une organisation, rien que pour des choses agréables, qui me donne des ailes plutôt que de m'angoisser. Surtout que ces ailes me font monter au ciel! Car, à quoi me servirait tant d'effervescence, si ce n'était aussi et surtout à me préparer intérieurement à accueiilir l'Enfant Jésus le jour de la Nativité. Cette année encore, je me suis inscrite à la retraite de l'Avent sur internet. Pendant quatre semaines, j'essayerai de me nourrir de la Parole de Dieu pour pénétrer un peu plus dans le mystère de la maternité de Marie, le plus sublime symbole de l'habitation divine en moi. Le désir de Dieu est de rendre ma vie encore plus belle, mais je dois lui préparer un nid d'accueil. Car il est dit:

    "Il en est comme d'un homme parti en voyage"
    (Mc 13, 33-37).

    Ce voyageur, n'est-il pas le Christ lui-même, en route pour venir me rejoindre, et chercher l'hospitalité en moi, en prévision d'une noce?

    La bonne nouvelle de ce jour est que si je lui donne asile, il vient vivre en moi. Sans lui, tout le reste aurait peu de sens...



  • CONTRADICTION!

    Amusé par la contradiction de Maman-Chat, qui préférait nettement se lover dans sa valise d’ordinateur plutôt que dans un panier placé à son intention grâce aux soins attentifs de mon mari, un ami venu séjourner quelques jours à la maison n’a pas résisté à prendre cette  photo…

    IMG_0380


    Mais il en est d’autres que Maman-Chat, qui cultivent l’esprit de contradiction. Chez nous, personne n’y fait exception. Je me suis souvent demandée si c’est dû à une mauvaise communication. Finalement, je pense que, au contraire, ceci provient de ce que chacun se sent libre de penser autrement que les autres, et de l’exprimer clairement sans s'attirer de disgrâce. Bien sûr, cela provoque des crispations, des frictions, des irritations et des impatiences, mais aussi des réajustements, de l’ouverture à la différence, de l’humilité, de la patience, du pardon, de l'auto-dérision, et l’exercice de toujours aimer par-dessus. L’intérêt de ces manoeuvres familiales nous ouvre plus largement aux autres à l’extérieur, puisqu’elles nous apprennent à moins nous sentir menacés par les différences.
    Je réserve la suite de ce sujet pour plus tard, le temps de remettre en ordre l’avalanche d’idées qui traversent mon esprit. En attendant, je vous laisse avec deux citations qui me plaisent:

    "C'est facile, c'est tellement plus facile de mourir de ses contradictions que de les vivre".
    [ Albert Camus-Les Justes (1952) ]


    "La vérité d'un homme ne peut se reconnaître que dans ses contradictions".
    [Joseph Crampes, dit Jacques Chancel]

  • JUSTIFIER LA SOUFFRANCE

    La réunion d'hier s'est déroulée dans une qualité d'écoute qui a permis de beaux partages, dans l'esprit du texte choisi, duquel la majorité a surtout retenu:

    "Ils furent saisis d'une grande frayeur, et ils se dirent les uns aux autres : Quel est donc celui-ci, à qui obéissent même le vent et la mer ?"
    (Mc 4.41)

     

    urgr3vld

    Pourquoi tant de souffrance dans le monde? Et surtout, pourquoi des innocents souffrent-ils? Dieu a-t-il créé la souffrance? Si non, pourquoi la permet-il? Comment échapper à la souffrance? Que peut dire un Chrétien à quelqu'un qui souffre?...

    Il faut renoncer définitivement à trouver à la souffrance une explication, une fonction, une finalité. Même à l'intérieur de la foi, il n'y a pas de logique à la souffrance. "Dieu se manifeste dans la larme versée par l'enfant qui souffre et non dans l'ordre du monde qui justifierait cette larme". (Berdiaeff)

    Il est vrai que la souffrance peut être une occasion de croissance et de sanctification, ou aussi celle de manifester un immense amour à Dieu, mais cela ne permet pas de déduire que Dieu fait souffrir ceux qu'il aime, ni qu'il se réjouit de leurs épreuves. L'Évangile enseigne plutôt le contraire. Dieu est infiniment touché par la détresse humaine, et la théorie de la rétribution est absurde. Il souffre autant que nous!

    Dans Mc, 4, 34-41, Jésus rejoint ses disciples dans la tempête...

    Personne ne passe sur l'autre rive sans passer par là! Mais les Chrétiens savent que Jésus est présent, invisible (ce qui donne l'impression qu'il dort sans se préoccuper de nous), à leurs côtés. Il n'ôte pas nos difficultés, mais nous donne la force de les porter, et nous promet le bonheur. Maître des vents et de la vie, ayant vaincu la mort, il nous appelle à la confiance, à la patience, à l'espérance, durant le temps de la traversée de la vie, qui n'est pas la Vie. 

    Jésus veille sur nous au milieu de nos tempêtes, et nous dirige vers le port de l'éternité, où il nous permettra un jour d'accoster, là où l'Amour fait la fête avec la joie...

    BAP_tempete

    Comme souvent, c'est nous qui tenons Dieu éloigné de notre vie. Il se retire poliment.

    Comment, dès lors, obtenir sa protection et sa bénédiction? En s'aimant soi-même, tel quel, même souffrant, blessé, accablé, là où on se laisse enfin rejoindre par le Sauveur pour se laisser aimer par Lui ...

  • REUNION

    IL y a deux mois, une dame m'a invitée à un groupe de fraternité chrétienne...

    Partant d'un passage de l'Évangile, des personnes viennent mensuellement partager leur manière de ressentir à travers leur vie le sujet qui s'y rapporte.

    maxi_lac-jesus

    Il m'a été demandé d'animer la rencontre de cet après-midi, dont le thème sera la souffrance (Lecture de Mc, 4, 35-41: la tempête apaisée).

    Si j'ai bien compris (je n'ai encore assisté qu'à deux rencontres), le but est de témoigner comment la foi intervient dans notre humanité, et de s'encourager à pousuivre la route dans l'esprit de l'Évangile.

    Il n'est donc pas question d'enseigner quoi que ce soit, je n'en ai d'ailleurs pas les compétences, mais de structurer la réunion, de manière à ce que chacun s'exprime sans monopoliser l'assemblée par trop de détails personnels, et de recentrer éventuellement les échanges sur la Parole du départ.

    Il n'en reste pas moins que j'appréhende toujours des situations qui me placent dans un rôle semblable, et surtout dans le domaine de la religion où, tout en assurant une présence active, je dois m'effacer pour laisser passer Dieu! Aussi, depuis une semaine, j'offre ma fragilité au Seigneur, et lui demande d'intervenir pour qu'il en sorte ce qui répondra aux besoins de chacun, en unité avec Lui.

    Lui qui connaît l'effort de mon "oui" agira certainement pour le bien de tous. Je ramerai, mais Il tiendra le gouvernail. N'est-ce pas, Seigneur? Clin d'oeil

  • OECUMENISME -ECOLOGIE

    "Développez-vous, multipliez-vous, remplissez la terre, dominez-la", dit le récit de la création dans la Bible… Comment comprendre ce récit ? Que peut-il nous dire du rapport de l’homme à la création ?

    6c829bb6744acfdf3fd474f18fa57207

    De l'oecuménisme à l'écologie

     Lukas Vischer était un homme passionné pour l'avenir de la vie sur terre et pour une Église visiblement unie dans la fidélité à la vocation du Christ. Après le pastorat, conseil oecuménique des églises, la justice sociale, il s'est énergiquement préoccupé d'écologie et d'environnement. Cet éminent oecuméniste est décédé le 11 mars 2008 à l'âge de 81 ans. Son engagement se poursuit cependant, ce qui prouve une fois de plus que l'on ne disparaît que dans la mesure où l'on n'a pas semé....  

    Voici une émission intéressante, captée en octobre sur "RSE", dans l'émission "À vue d'esprit" ...

       Entretien avec Barbara Vischer, Christoph Stückelberger, théologien et Otto Schaefer biologiste et théologien.

     

    écouter l'émission
  • ARBRE, MON AMI

    À la Sainte Catherine,

    Tout bois reprend racine...

    srfb_logo

    Pour célébrer l'arbre, ce bel ami de la nature qui fait partie de mes besoins vitaux, j'ai choisi une page musicale...

     

     

  • LE CRI DES OUBLIÉS

    Voici un texte, trouvé "par hasard", encore d'auteur anonyme. Je vous le transmets parce qu'il fait allusion aux pauvres qui me touchent le plus, et qui attirent plus souvent rejet et mépris que accueil et consolation...

    Le cri des oubliés

    Qui prendra le temps de m'écouter, qui prendra le temps de s'asseoir et de me regarder. Qui au lieu de vouloir me remplir de son trop plein va me laisser me vider complètement?
    Je ne me sens pas compris. Je ne sens qu'une chose lorsque je cherche à parler, à m'expliquer, une seule, on cherche à me remplir. Et moi qui suis déjà trop plein, et moi qui n'ai besoin que de me vider!
    Qui va m'aider? Et plus on essaie de me remplir, plus je me ferme, plus je me barricade, plus je me durcis, et plus ça me fait mal.
    Et plus je me ferme, plus c'est difficile de me réouvrir. Je deviens si triste que je veux exploser.
    Et là, je crie souffrance en mon coeur, en mon âme, en mon corps...
    Qui prendra le temps de m'écouter et de m'aider à m'ouvrir pour toutes les fois où j'ai dû me fermer et avaler?
    Qui viendra me guérir dans mes blessures ou du moins, me les laver, me les désinfecter?
    Qui viendra m'aimer?...Qui?

  • LONGÉVITÉ

    Jeanne Calment avait encore beaucoup d'humour malgré sont grand âge. À un jounaliste qui lui disait ' Vous n'avez pas beaucoup de rides' ? 'Mais si cher monsieur, je suis assise dessus'...

    canut_vieux_banc_reduit2

    Ceci dit, des résistants de son espèce semblent devenir de plus en plus nombreuses. Selon des études récentes, le nombre de centenaires a pratiquement triplé en Belgique au cours des vingt dernières années. D'ici 2060, ils seront plus de 27 000.

    À la fin du XIXe siècle, l'homme mourait, en moyenne, à 43 ans selon des statistiques officielles (46 ans pour la femme). En 2006, l'homme s'éteignait à 77 ans (82 ans pour la femme). Sachant que, chaque année, l'espérance de vie augmente de 1 à 3 mois, cela signifie qu'une petite fille sur deux, née en 2003, deviendra centenaire.

    L'espérance de vie s'accroît en raison des nombreux progrès effectués dans divers domaines. La mortalité infantile a fortement diminué. On bénéficie d'une amélioration de notre alimentation et d'une meilleure hygiène. Les avancées médicales sont prodigieuses sur tous les plans.

    La course à l'immortalité serait-elle lancée?

    La limite établie scientifiquement se situe actuellement à 122 ans, l'âge de Jeanne Calment. Selon le Professeur Pétermans, le reste n'est que pure spéculation. Il explique même que certains experts prédisent un recul de l'espérance de vie aux États-Unis en raison de la malbouffe.

    Ouf!, suis-je tentée de dire. Il faut tout de même bien qu'il y ait une fin!

    Toujours est-il qu'actuellement, on reste en bonne santé plus longtemps. «La robustesse de la population âgée s'améliore», souligne encore le Pr Pétermans. «La moyenne d'âge dans les services gériatriques s'élève à 85 ans contre 75 il y a 25 ans.»

    Alors, la retraite, une seconde jeunesse?  Langue tirée

    Qui vivra verra  Sourire ...

  • FÊTE D'UN ROI

    C'est aujourd'hui la fête du Christ-Roi. Deux mots qui semblent contradictoires!...

     

    e26a2256df3d67ac97ecaa70b15f44a3

    Mais Jésus explique lui-même ce paradoxe:

    « Ma royauté ne vient pas de ce monde ; si ma royauté venait de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. Non, ma royauté ne vient pas d’ici. » (Jn 18, 33b-37).

    Dans l'Évangile de ce jour (Mth, 25;31-46), Jésus parle du Roi, qui répond à la question:"Quand sommes-nous venus jusqu'à toi? ".  Et le Roi leur répondra : 'Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait.'

    Quel est donc ce royaume qui n'est pas d'ici, et quele est ma participation pour assurer le règne de son Roi ici? Encore un défi!

    Il s’agit d'appliquer un amour très simple : donner à manger à ceux qui ont faim, visiter ceux et celles qui vivent dans la solitude, aider nos proches qui ont besoin d’assistance, consoler ceux qui sont dans le deuil...

    Il est vain et trop facile de dire:" Je n’ai rien à donner". Ce n’est pas vrai! Nos plus humbles gestes d’amour ont une valeur infinie. Ce qui compte, c’est de faire quelque chose, si petite soit l’action accomplie. Aimer ainsi est une bénédiction, parce que nous prenons part à la joie des bienheureux des Béatitudes. Les pauvres sont le sacrement du Christ. Leur corps est le sien. Celui qui aime les nécessiteux aime Dieu.

    C'est aujourd'hui que commence l'Éternité! Le futur est le fruit de l’amour d'aujourd'hui. Il l’est pour chacun de ceux qui suivent Jésus, et il l’est aussi pour notre monde, qui n’a pas d’avenir sans amour pour les plus faibles et les pauvres.

    C’est maintenant que nous pouvons concrétiser notre amitié avec Dieu et lui assurer sa royauté en ce monde...

  • HEUREUX PAUVRES (3)

     

    Comme tout un chacun, je suis à la recherche du bonheur, et désire une vie épanouie et féconde...

    tresor_oublie

    Mais Jésus m'a fait découvrir des choses plus grandes dans la vie, plus représentatives, que la frénésie de la société de consommation. Je peux posséder de bonnes choses, aimer en consommer, mais elles ne me manquent pas, ou plus, si je n'en dispose pas. Parce qu'il me reste l'essentiel, qui est le bonheur de recevoir des autres la joie de vivre, et de leur offrir mon souffle de vie.

    Heureux! Selon le sens évangélique, celui qui jouit de l'opulence perd ses avantages s'il ne sait pas les employer au bonheur de la société: il est pauvre! De son côté, le pauvre qui utilise des moyens sûrs et honorables, et qui parvient à échapper à la misère sans chercher davantage, parce qu'il estime que ça lui suffit, est riche! Dans ce cas de figure, c'est donc le second qui est tenu de venir secourir le premier!

    Heureux surtout est celui qui se reconnaît spirituellement pauvre et exprime son besoin d’être aidé par Dieu, car celui-ci agit en le délivrant de ses inquiétudes et il devient riche de ce qu'il est: il ne manque de rien!...

    «Un seul fil à la patte suffit à empêcher l’oiseau de voler», écrit  saint Jean de la Croix. Avoir un cœur pauvre, c’est se rendre disponible, libre pour Dieu, et se mettre ainsi en capacité de recevoir ce qu’il désire nous donner...